Auteur Sujet: La génétique dans "Dune"  (Lu 46 fois)

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 1968
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
La génétique dans "Dune"
« le: octobre 13, 2021, 08:51:19 pm »
Comme je le montrais dans mon article commis pour le compte d'ActuSF il y a quelques années, Dune est avant tout un roman de science-fiction... et pour me plagier moi-même, au sein de ce roman la génétique représente un continent. Le Kwisatz Haderach est le produit d'un programme de sélection génétique et le Bene Gesserit, suite à la bataille d'Arrakeen et à la victoire de Paul Atréides, passe environ cinq millénaires (et autant de volumes pour Frank Herbert) à gérer les retombées de la bombe par lui-même amorcée. Par ailleurs, les Tleilaxu disputent volontiers au Bene Gesserit le monopole des manipulations génétiques, leurs talents propres consistant surtout à produire des chimères voire à réanimer des morts - le second usage étant utilisé peut-être jusqu'à la corde par l'auteur de Dune.

Or, jamais Frank ne parle d'ADN au long du Cycle : certes, cette expression apparaît dans la continuation par Brian Herbert et Kevin J. Anderson, mais pas dans l'oeuvre originale.

La démonstration du statut de l'ADN comme support chimique de l'hérédité remonte à 1952, soit donc onze ans avant la première publication de Dune dans Analog. A l'époque, Frank Herbert est écrivain à temps partiel et journaliste le reste du temps : deux raisons pour lui de se documenter, d'autant plus qu'il échangeait littérairement avec d'autres auteurs de SF tels que Poul Anderson. Il est très improbable qu'il ait ignoré l'existence de l'ADN : on rappelle que les armes-laser font partie de Dune, alors que le premier maser est mis au point... en 1953. La question se pose donc de savoir pour quelle raison Frank a choisi de parler de génétique... sans parler d'ADN.



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

En ligne Delta Pavonis

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 44
Re : La génétique dans "Dune"
« Réponse #1 le: octobre 14, 2021, 01:11:47 am »
1944 Avery et ses collaborateurs montrent que l’acide désoxyribonucléique porte l’information génétique.

Avril 1953, la revue scientifique Nature publie un article qui dévoile la structure de la molécule d'ADN. Les auteurs : James Watson et Francis Crick reçoivent le prix Nobel de médecine en 1962. Je pense que l’imaginaire du grand public n’a pas été très nourri par ces découvertes jusqu’à la fin des années 60.

James Watson est aussi connu pour avoir tenu des propos très polémiques car racistes.
Francis Crick aurait lui aussi prononcé des paroles malvenues, montrant un intérêt marqué pour l'eugénisme.

Il y a une grande confusion autour du signifiant «mémoire». Les lois de la génétique, celles du génome ne concernent pas les souvenirs psychiques conscients ou inconscients. Les événements, traumatiques ou non, ne s’inscrivent pas dans les gènes des sujets.

Ces histoires de mémoire seconde, de mémoire génétique, de mémoire cellulaire devraient-elles être abordées avec les scientifiques Duniens ?
« Modifié: octobre 14, 2021, 09:30:49 pm par Delta Pavonis »

En ligne Elgg

  • Adishatz
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 318
Re : La génétique dans "Dune"
« Réponse #2 le: octobre 14, 2021, 04:05:29 pm »
J'avoue que ma dernière relecture de Dune date un peu (mais j'ai décidé d'y remédier très prochainement, dès que j'aurais fini les quelques bouquins essentiels qui se sont empilés sur ma table de chevet...), de même que mes dernières leçons de génétique qui datent de mon passage à la fac...

Je n'ai pas d'explication magique pour l'absence du terme "ADN" dans Dune, et je ne sais pas pourquoi il y aurait plus "chair" à la place...

Ceci étant dit, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que l'ADN est contenu dans le noyau des cellules, me semble-t-il...
Cela dit dans une cellule, il n'y a pas que le noyau (au moins, avec "chair", on prend tout... ^^'), pas que l'ADN classique non plus. Les mitochondries abritent l'ADN mitochondrial (ou ADNmt), qui a la particularité intéressante d'être transmis par votre mère. Et sa mère avant elle. Bref, on a tous l'ADNmt de nos aïeules.
De là à faire un parallèle avec une habileté Bene Gesserit de libérer les mémoires secondes des ancêtres féminines, je ne sais pas, je n'ai pas vraiment réfléchi à la question plus que ça...
De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus intéressants sont ceux qui se taisent.
:userbar-dar2:

En ligne Delta Pavonis

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 44
Re : La génétique dans "Dune"
« Réponse #3 le: octobre 14, 2021, 09:39:07 pm »
 On suppose que les mitochondries, à l’origine, étaient des bactéries qui se sont intégrées en symbiose dans le cytoplasme cellulaire des êtres vivants complexes ( il y a deux milliards d’années).
 L’ADN est constitutif des gènes et des chromosomes, donc du génome, donc dans le noyau cellulaire. L’ADN des mitochondries est circulaire.
 En génétique des populations et en théorie de l'évolution, le génome mitochondrial humain est étudié, car il permet, en effet, de remonter des lignées féminines: il n'est transmis que par la mère.
« Modifié: octobre 14, 2021, 09:48:56 pm par Delta Pavonis »

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 1968
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : La génétique dans "Dune"
« Réponse #4 le: octobre 14, 2021, 10:04:11 pm »
Si le rôle de l'ADN dans l'hérédité était suspecté depuis les années 30, la démonstration définitive est faite en 1952 (transfert horizontal d'ADN). L'origine endosymbiotique des mitochondries (comme celle des plastes chez les êtres vivants qui en possèdent, tels que les végétaux) n'est plus une hypothèse mais un fait à présent démontré par l'étude précise des génomes mitochondriaux (qui sont de type eubactérien).

La génétique dans Dune ignore l'ADN : pour moi, cela tient de l'intention de la part de Frank Herbert. La mémoire génétique - celle des Révérendes Mères comme celle des gholas éveillés - semble difficile à justifier si on la suppose liée à l'ADN, en réalité : la moitié du patrimoine génétique d'une Révérende Mère provient de son père et dans ces conditions, comment expliquer qu'elle n'ait accès qu'à sa mémoire seconde en lignée maternelle ? Cela ressemble en effet à une hérédité mitochondriale... Par ailleurs, la mémoire du ghola éveillé - telle que celle du dernier Duncan Idaho dans Les Hérétiques de Dune et La Maison des Mères - est liée à la chair : ce dernier ghola est une mosaïque cellulaire de tous ses prédécesseurs. Or les différences entre les versions successives des gholas Duncan sont faibles, puisque tous répondent identiquement au stimulus éveillant leur mémoire génétique (à savoir, l'ordre de tuer un être cher).

Mon hypothèse est que Frank Herbert n'appréciait pas les possibilités offertes par la molécule d'ADN dans le cadre de son projet littéraire. Je pense qu'il était plutôt séduit par le concept de plasme ("matière" biologique) présent dans les termes "cytoplasme", "hyaloplasme"... voire dans l'expression "plasme germinatif", la lignée germinale s'individualisant de façon précoce au cours du développement embryonnaire. Pour moi, Frank pariait sur l'existence d'un "plasme-mémoire" au sein des cellules vivantes, que les pouvoirs de la Révérende Mère, d'un ghola éveillé ou du Kwisatz Haderach auraient été capables d'activer. Je crois que les découvertes récentes sur l'impact d'un traumatisme à plusieurs générations de distance l'auraient fasciné, en ce sens qu'il y aurait trouvé une confirmation de ses propres idées.

Quant à savoir comment il pouvait expliquer que la mémoire seconde du KH puisse être absolue (lignée maternelle et paternelle) quand celle de la Révérende Mère est linéaire, je me le demande encore...



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.