Auteur Sujet: Dune: a society where men are Men, women are Women.  (Lu 1714 fois)

En ligne ionah

  • Super Rocket Belt Monkey
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2728
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Dune: a society where men are Men, women are Women.
« le: avril 13, 2020, 09:50:39 am »
Dans la catégorie "Apprendre à haïr Dune", je vous propose en lecture cet article quelque peu fumeux d'un certain J.D. (Jeremy) Mitchell (a writer of fantasy and science fiction) qui cherche vraisemblablement plus à faire monter le buzz plus auteur de lui que de Dune...

âmes sensibles, s'abstenir.

https://www.jdmitchellwriter.com/post/arrakis-dune-desert-planet-review


Citer
If Herbert's prediction is correct, humanity is doomed to become a regressive culture of wooden, inhuman, one-dimensional actors: a society where men are Men (stoic, unfeeling things of action), women are Women (irrational, manipulative and inexplicably emotional creatures three paces behind their "betters")


Citer
Repetition is a massive problem throughout the book that will have you laughing and/or rolling your eyes instead of being immersed in the story. Bad, clumsy writing.


Citer
Dune is a hot mess of a novel. I don't know Frank Herbert, but this book smacks of the worst toxic masculinity/nerdism that served as the foundation of sci-fi for over half a century.

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 1987
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Dune: a society where men are Men, women are Women.
« Réponse #1 le: avril 13, 2020, 05:39:50 pm »
J'ai lu l'article. Un peu délirant...



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Riri

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 1
Re : Dune: a society where men are Men, women are Women.
« Réponse #2 le: décembre 15, 2020, 07:13:55 am »
C'est sûr que Dune est d'une certaine manière réfractaire aux progressisme.

Les femmes et les hommes sont soumis à leurs rôles, ce qui rend l'histoire imbibée de réalisme. Dune est une excellente critique du progressisme, malgré l'auteur peut-être, puisqu'il décrit un avenir sans les nouvelles constructions sociales du progrès.

Hors ligne Duc

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 4
  • La peur ne tu pas que mon esprit
Re : Dune: a society where men are Men, women are Women.
« Réponse #3 le: février 03, 2021, 08:29:48 pm »
men are Men (stoic, unfeeling things of action), women are Women (irrational, manipulative and inexplicably emotional creatures three paces behind their "betters"), and all other-sexed people are abominations who can never rise to be true Men or Women and are fit only for pity or scorn.

Alors.......
Plus qu'une analyse de Dune assez... bancale, c'est surtout que l'auteur de cette critique donne l'impression de n'avoir presque rien lu, et de n'avoir prit que des exemples parmi tant d'autres.
Rien qu'en utilisant un extrait du début de sa critique, on se rend compte de certains problèmes:
C'est sûr que le Baron Harkonnen et très virile, que toutes les femmes sont manipulatrices comme Chani, ou que les danseurs visages (représentation intelligente de personnages visiblement comme transgenres) veulent avoir un sexe atribué;comme toute personne transgenre dans le monde.....Bien sûr Mr J.D.
Je peut pas dire pour la suite de sa critique mais bon, le début donne pas très envie.

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 1987
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Dune: a society where men are Men, women are Women.
« Réponse #4 le: février 03, 2021, 10:23:08 pm »
Il y a clairement de ça : du cherry-picking afin d'appuyer une idée préconçue.

Frank Herbert n'était pas vraiment un gauchiste, et certaines des opinions qu'il n'hésitait pas à professer en public pourraient de nos jours lui aliéner pas mal de gens voire lui valoir des procès. Mais il n'est pas nécessaire pour autant d'essayer de lui faire dire ce qu'il ne disait pas. Le souvenir que je garde de cet article c'est qu'il s'agit d'un texte composé pour attirer l'attention à un moment où le buzz autour de Dune commençait à monter : certains sont prêts à tout pour faire parler d'eux !
« Modifié: février 10, 2021, 06:33:17 pm par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Otheym-al'fedaykin

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2287
  • Le smilblick est long, dur et a un bout rouge...
Re : Dune: a society where men are Men, women are Women.
« Réponse #5 le: août 13, 2021, 11:04:12 pm »
Dans la catégorie "Apprendre à haïr Dune", je vous propose en lecture cet article quelque peu fumeux d'un certain J.D. (Jeremy) Mitchell (a writer of fantasy and science fiction) qui cherche vraisemblablement plus à faire monter le buzz plus auteur de lui que de Dune...

âmes sensibles, s'abstenir.

https://www.jdmitchellwriter.com/post/arrakis-dune-desert-planet-review


Citer
If Herbert's prediction is correct, humanity is doomed to become a regressive culture of wooden, inhuman, one-dimensional actors: a society where men are Men (stoic, unfeeling things of action), women are Women (irrational, manipulative and inexplicably emotional creatures three paces behind their "betters")


Citer
Repetition is a massive problem throughout the book that will have you laughing and/or rolling your eyes instead of being immersed in the story. Bad, clumsy writing.


Citer
Dune is a hot mess of a novel. I don't know Frank Herbert, but this book smacks of the worst toxic masculinity/nerdism that served as the foundation of sci-fi for over half a century.

C'est la mode de travestir les faits pour que ça colle à nos clichés, c'est tout ce que j'ai à dire.

Le mec n'a pas la notion de lore, ni même de son utilité et de sa raison d'être.

Hors ligne Otheym-al'fedaykin

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2287
  • Le smilblick est long, dur et a un bout rouge...
Re : Re : Dune: a society where men are Men, women are Women.
« Réponse #6 le: août 13, 2021, 11:06:45 pm »
C'est sûr que Dune est d'une certaine manière réfractaire aux progressisme.

Les femmes et les hommes sont soumis à leurs rôles, ce qui rend l'histoire imbibée de réalisme. Dune est une excellente critique du progressisme, malgré l'auteur peut-être, puisqu'il décrit un avenir sans les nouvelles constructions sociales du progrès.

Mais en aucun cas le progressisme est critiqué, c'est tout simplement un fait réel : les évolutions sont destinées à régresser.

Hors ligne Otheym-al'fedaykin

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2287
  • Le smilblick est long, dur et a un bout rouge...
Re : Re : Dune: a society where men are Men, women are Women.
« Réponse #7 le: août 13, 2021, 11:13:39 pm »
men are Men (stoic, unfeeling things of action), women are Women (irrational, manipulative and inexplicably emotional creatures three paces behind their "betters"), and all other-sexed people are abominations who can never rise to be true Men or Women and are fit only for pity or scorn.

Alors.......
Plus qu'une analyse de Dune assez... bancale, c'est surtout que l'auteur de cette critique donne l'impression de n'avoir presque rien lu, et de n'avoir prit que des exemples parmi tant d'autres.
Rien qu'en utilisant un extrait du début de sa critique, on se rend compte de certains problèmes:
C'est sûr que le Baron Harkonnen et très virile, que toutes les femmes sont manipulatrices comme Chani, ou que les danseurs visages (représentation intelligente de personnages visiblement comme transgenres) veulent avoir un sexe atribué;comme toute personne transgenre dans le monde.....Bien sûr Mr J.D.
Je peut pas dire pour la suite de sa critique mais bon, le début donne pas très envie.

Le baron harkonnen pourrait être vu comme de l'homophobie, c'était d'ailleurs un sujet récurrent sur ce forum.

C'est possible, les "héros" sont hétéros, les "méchants" sont homos, efféminés, graciles, délicats, bref des bons gros tordus si on voulait aller très loin... et c'est effectivement possible que Herbert n'ait pas été très bienveillant envers les homos ou assimilés LGBT.

Mais le Baron a procrée, il viole, le fait que ce soit des esclaves mâles dans le bouquin ne signifie pas forcément qu'il ne désire que les hommes bien qu'il salive sur Paul. Peut-être qu'il n'y a que des esclaves mâles, j'en sais rien, et on s'en fout.

Ce que représente le Baron c'est un appétit sans fin, nourriture, sexe, pouvoir, contrôle. Est ce que finalement ses viols ne sont pas un comportement de prédateur simple, celui qui contrôle tout ?