L'Univers de Dune > Dune dans les Films, Jeux et autres...

Dune 2021 | Villeneuve contre la WB

(1/3) > >>

ionah:
La vie est un long drame tranquille.
Tribune de Denis Villeneuve qui n'est pas content.

2020, déc 10
‘Dune’ Director Denis Villeneuve Blasts HBO Max Deal
https://variety.com/2020/film/news/dune-denis-villeneuve-blasts-warner-bros-1234851270/

--- Citer ---There is absolutely no love for cinema, nor for the audience here. It is all about the survival of a telecom mammoth, one that is currently bearing an astronomical debt of more than $150 billion.
--- Fin de citation ---

--- Citer ---Warner Bros.’ decision means “Dune” won’t have the chance to perform financially in order to be viable and piracy will ultimately triumph. Warner Bros. might just have killed the “Dune” franchise.
--- Fin de citation ---

Chéri, fais moi peur.

Il Barone:
Je suis à 100% d'accord avec la seconde phrase de Denis : Warner va tuer la franchise. Mais j'irais peut-être plus loin.

Vous pouvez imaginer que les gérants de cinéma, ne vont pas programmer des films qui risquent d'être contre-performants en terme d'entrée (parce-que disponibles à la maison). Warner ne va certainement pas baisser les prix des copies de ses films. Les cinémas (a part ceux qui appartiennent à Warner) ne vont pas choisir de perdre de l'argent, alors qu'ils ont déjà bien du mal à survivre (même sans Covid). Ils vont donc privilégier les produits d'autres studios aux spectacles plus profitables.

Et si toutes les majors adoptent cette stratégie, je pense que l'on va découvrir que le phénomène qui a poussé les radios américaines à jouer de la musique indépendante dans les années 90, peut être appliqué au cinéma, qui va chercher sa profitabilité auprès de l'indépendance en 202X.

Certes, cette fois encore la destruction créatrice est à l’œuvre. Rien ne stoppera l'avancée du streaming. Mais, comme je l'ai affirmé plus haut, les majors ne sont pas psychologiquement prêtes à changer réellement de business-model. Pour le coup, en détruisant la valeur des films qu'ils commercialisent, Warner se tire une balle dans le pied.   

En plus, je ne suis pas sur que Warner va générer des abonnements à long terme avec cette stratégie. Les ouvertures d'abonnement ont de grandes chances de ce clore tout aussi rapidement comme c'est arrivé à Disney+.

Chez Disney, ils se sont rendu compte que l'appétence pour leur service décroit aussi rapidement que leur catalogue manque de contenus exclusif. D'autant plus qu'avec les supports physiques dont-ils sont les meilleurs vendeurs du marché. La majorité du catalogue de Disney+ est déjà chez-vous sur les étagères. C'est la raison pour laquelle il annoncent aujourd'hui plus de 20 séries "star wars" et "marvel" exclusives à leur plateforme. Mais pour quelle rentabilité ? C'est une question qui, en même temps, les pousse à augmenter les prix des abonnements.

C'est une évolution du monde du spectacle dont nous n'avons pas fini de parler. Mais dans tous les cas Denis a raison.

Personnellement, je ferais acquisition de DUNE en blu-ray, avec les délais légaux de diffusion français, certainement en apprenant que ce premier film sera finalement le seul de la franchise.

 

Anudar:
L'issue que tu évoques est pessimiste mais on ne peut pas l'écarter avec certitude à ce niveau.

Toutefois, de l'intervention de Villeneuve je retiens deux choses :

* Globalement, son discours est le même que celui d'Almodovar à Cannes en 2017. C'est un discours d'amoureux du cinéma en tant qu'expérience de vie - on sort de chez soi, on achète un ticket, on entre dans la salle obscure et on regarde un film, le pop-corn ou l'eskimo étant en option. Chez Almodovar ce type de discours est tout à fait intelligible - il a grandi à une époque où le ticket de cinéma ne coûtait quasiment rien et où c'était une activité très populaire puisque le téléviseur était encore assez rare dans les familles. Chez Villeneuve, qui n'est pas de la même génération, ce type de discours semble un peu moins justifié : le tournant du "home cinema" ne date pas des services de streaming mais bel et bien du début des années 2000 avec la montée en puissance des écrans plats grand public. Parallèlement à cela, les cinémas ont cherché à fidéliser de nouveaux publics : technologies nouvelles, salles plus confortables, abonnements à volonté, services annexes tels que salle d'arcade ou anniversaires pour les gosses... Expérience personnelle : à la fin des années 90, un ticket de cinéma plein tarif me coûtait 40 F soit environ 6 €. Vingt ans plus tard, on en est à 15 €... et c'est le prix minimal, si on ajoute les bonus technologiques (3D, IMAX, 4DX) ça peut grimper jusqu'à 25 € ! Le cinéma "au cinéma" n'est plus une activité populaire, c'est pour ceux qui ont les moyens...
* Vers la fin de sa tribune, il dit qu'il croit vraiment qu'une fois la pandémie sous contrôle les gens retourneront au cinéma comme avant. Indépendamment du fait que cela suppose que la pandémie sera effectivement contrôlée tôt ou tard - on ne sait pas si ça sera le cas, mais on sait surtout que de toute façon il y en aura d'autres après, qu'elles soient à base de coronavirus, d'influenzavirus ou de toute bactérie polyrésistante aux antibiotiques - je pense qu'il formule surtout un voeu pieux. A supposer que la pandémie soit en effet terminée en octobre 2021, il ne faudra pas oublier qu'une bonne partie du public des cinéphiles aura pris le pli du streaming. Mes parents ont apprécié de voir The Irishman en Mai dernier sur Netflix : ils n'ont pas remis les pieds aux cinéma depuis début Février (moi non plus d'ailleurs)... Mais au-delà de cela, ils ont apprivoisé le replay et ne regardent quasi plus de DVD. Je me dis qu'ils ne sont certainement pas les seuls dans ce cas.Pour moi, le modèle du cinéma est réellement menacé : les multiplexes parviendront peut-être à tenir parce qu'ils sont insérés dans un tissu économique particulier - zones commerciales ou galeries marchandes, où l'on va faire du shopping, manger au restaurant puis voir un film pour conclure la soirée - mais les salles indépendantes qui étaient déjà fragilisées risquent de disparaître si elles ne sont pas subventionnées. C'est je pense pour cette raison que Denis Villeneuve présente la stratégie de Warner Bros. comme un acte de désespoir. Je ne peux pourtant pas croire un instant qu'une major comme ce studio puisse se livrer sans raison à un acte qui, comme tu le dis, s'apparente en substance à brûler des billets de 500€ pour faire bouillir l'eau des pâtes. Parce que, tout simplement, d'autres gros studios sont en embuscade et que les périodes de crise sont celles où les concentrations se produisent. La machine de guerre Disney a déjà mis la main sur un certain nombre de studios et je ne parierais pas qu'elle ne serait pas prête à faire l'acquisition de WB si c'était possible...

Il est certain que des têtes et des studios vont tomber avant la fin de cette crise, mais quand la poussière se sera déposée, il s'agira pour les survivants de repartir et de frapper fort. Peut-être que le second volet de Dune, au lieu d'être diffusé sous la bannière de WB, le sera sous une autre : voilà qui en rajouterait à la légende d'une franchise décidément difficile à porter au cinéma...

Spacewolf1:
Villeneuve est à côté de la plaque comme Spielberg et d'autres... Ces gens ne réalisent pas (ou ne veulent pas réaliser) que la réalité est que le cinéma est devenu un loisir de riche et d'élite. En particulier pour les familles. La famille "modèle typique" (2 adulte + 2 enfants), pour aller voir le Disney de Noël c'est du 50e... en ne comptant que le prix des tickets. Et avec les à côté (transport / parking, fastfood...) ça peut vite atteindre les 100e facilement.

Rajoutons à cela l'aspect chronologie des média, plus ou moins pénalisante selon les pays. Suffit de voir la catastrophe Tenet qui a bidé au ciné (probablement plus du fait du covid que du film en lui même), grâce à la chronologie des médias, le studio va en c**** pour le rentabiliser maintenant.


Quand à la mort de la licence Dune. C'est peut-être au contraire une opportunité en changeant de format au passage et en devenant une série à gros budget ? Des saisons de 6-8 épisodes permettrait d'adapter tranquillement les livres par exemples. Et niveau budget et qualité des FX ce ne serait pas forcément un nivellement vers le bas, suffit de voir les productions comme GoT, Mandalorian ou Man in the High Castle.

Il Barone:
En fait Warner possède un lourd passif sur son adaptation à la technologie.

C'est le seul éditeur qui en son temps avait décidé d'éditer des DVD à deux faces fonctionnant comme les Laserdisc en obligeant le consommateur à retourner le DVD au milieu du film. Une erreur de stratégie qui a couté son siège au patron du studio 3 ans plus tard.

A l'arrivée de la HD Warner à supporté au delà du raisonnable le format HD DVD alors que le Blu-ray était devenu le standard des ventes depuis un moment.

Il y a une autre erreur, dont je ne me rappelle plus.

Navigation

[0] Index des messages

[#] Page suivante

Utiliser la version classique