Auteur Sujet: Une review hétérodoxe de "La Maison des Mères"  (Lu 1808 fois)

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2005
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Une review hétérodoxe de "La Maison des Mères"
« le: août 04, 2015, 11:11:23 am »
C'est par ici que ça se passe.

Que penser de ce retour qui reproche à La Maison des Mères sa fin ouverte voire trop ouverte ?

Devons-nous inviter ce lecteur à venir défendre son opinion dans notre arène :) ?

« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

En ligne ionah

  • Super Rocket Belt Monkey
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2775
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Une review hétérodoxe de "La Maison des Mères"
« Réponse #1 le: août 06, 2015, 07:52:16 pm »
ah ben oui alors.
étrangement en lisant sa critique je me suis figuré que quelque part j'avais éprouvé un sentiment de suspension dans le temps: les actions ou les différentes scènes semblent distantes, distendues, atemporelles.

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2005
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Une review hétérodoxe de "La Maison des Mères"
« Réponse #2 le: août 06, 2015, 10:25:51 pm »
La Maison des Mères n'est pas le morceau du Cycle que je connais le mieux, pour l'avoir moins lu que les autres. Je l'ai toujours trouvé moins tonique, il me parlait moins que Dune, bien sûr. Il est vrai que je l'ai lu à l'âge de quatorze ans.

Après, d'ici à lui reprocher sa fin ouverte, euh...

« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

En ligne ionah

  • Super Rocket Belt Monkey
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2775
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Une review hétérodoxe de "La Maison des Mères"
« Réponse #3 le: août 06, 2015, 11:24:26 pm »
Citer
Arrakis enseigne l’attitude du couteau : couper ce qui est incomplet et dire : « Maintenant c’est complet, car cela s’achève ici. »