Auteur Sujet: Je sèche comme un harkonnen sans distills  (Lu 138 fois)

Hors ligne Humaine

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 1
Je sèche comme un harkonnen sans distills
« le: mai 16, 2019, 01:45:03 pm »
Bonjour à tous.

Bien 10 ans que des amis me faisaient l'élogent de Dune et de Herbert et que germait dans mon esprit un éloge (encore infondé) sur l'oeuvre et son univers.
Je l'imaginais complexe et hors de ma portée, et ej trouvais rarement le premier tome en librairie, aprsè avoir lu pluiseurs classiques SF et Fantasy, j'ai (enfin) trouvé le Cycle de Dune en 4 livres.
 J'étais très contente et j'ai très vite dévoré le premier, je n'ai pas été déçue, même si hj'ai trouvé ça plus accésible que je ne l'avais imaginé. Or j'ai commencé les enfants des Dune il y a quelques jours et je vous avoue que l'angouement du début c'est beaucoup éssoufflé... je me dis que ce serait dommage d'arrêter ma lecture en si bon chemin.

Y'a-t-il un fremen dans l'assemblée pour me motiver dans ma lecture et me pousser à lire toute l'oeuvre ?

Merci à vous

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 1769
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Je sèche comme un harkonnen sans distills
« Réponse #1 le: mai 16, 2019, 04:05:55 pm »
Bonjour Humaine, et bienvenue par ici !

Je crois que pour répondre à ta question, il sera difficile de ne pas évoquer rien de moins que l'histoire de la publication de Dune. Ton expérience prouve que tu as senti la continuité entre Dune et Le Messie de Dune qui se déroule douze ans plus tard, et ce n'est pas tout à fait un hasard : Dune se termine de façon pas tout à fait conclusive et en réalité Le Messie de Dune est un peu plus qu'une suite, c'est la vraie fin de Dune !

Les Enfants de Dune est publié en 1976. Là où Dune et Le Messie de Dune sont des romans des années 60, Les Enfants de Dune sont écrits par un Frank Herbert plus âgé qui est dès lors conscient d'avoir produit l'un des plus grands chefs-d'oeuvre de la SF. On n'écrit pas la suite d'un chef-d'oeuvre de la même façon : il faut se renouveler pour faire différent et si possible encore mieux. C'est je pense la raison pour laquelle tu as l'impression que le début de ce livre patine par rapport aux précédents et que je t'invite à lui donner sa chance en faisant confiance à Frank Herbert... et à nous : crois-moi, ce type-là savait ce qu'il faisait ;)



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

En ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Rakinou
  • *
  • Messages: 2450
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Je sèche comme un harkonnen sans distills
« Réponse #2 le: mai 18, 2019, 11:08:18 pm »
Bonjour et bienvenue.

Le troisième roman de l'Héxalogie de Frank Herbert démarre un peu lentement en effet. Là où il fait de très bonne mise en situation dès le départ sur tous les autres romans, ici il doit faire comprendre au lecteur que depuis les évènements du Messie de Dune, les choses ne sont plus ce qu'elles étaient.
La problématique centrale du roman est celle de la fatalité des gouvernements et civilisations: tout va t'il irrémédiablement à sa perte, où est il possible de voir au delà de la prochaine dune et d'échapper au déclin ?
Le bagage génétique des Atreides est un don et une malédiction. Les jumeaux doivent se battre seuls contre un univers qui les traite en Abominations ou en obstacles au trône de l'Imperium. Arrakis reste le moyeu de l'univers et le creuset d'une alchimie dans laquelle prescience, pouvoir et complots vont voir des personnages se transformer. Littéralement et figurativement.

En ligne Zufa

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 3
Re : Je sèche comme un harkonnen sans distills
« Réponse #3 le: mai 19, 2019, 08:41:28 pm »
Bienvenue à toi !

En petit supplément de ces réponses, je rajouterai qu'à la fin du Messie de Dune on a un Paul qui part dans le désert, abandonne ces fidèles fuyant devant son jihad et son empire. Il savait que se serait violent et que ça échapperai a son contrôle.
La recherche du pourquoi cette défilade peu aider à continuer ce livre au démarrage un peu plus lent.

Hors ligne Human Ktulu

  • Rakinou
  • *
  • Messages: 9
Re : Je sèche comme un harkonnen sans distills
« Réponse #4 le: mai 21, 2019, 09:08:54 pm »
Bonjour,

Perso j'ai beaucoup apprécié ce volet de la saga, qui est une sorte de grosse intro pour le livre suivant, "L’Empereur Dieu".
Pour moi c'est dans la continuité du cycle, bien qu'il se passe moins de fait marquant. En fin de compte ça continue de comploter a tout va entre politique et religion, personne n'est tout blanc ou tout noir, le rôle ambivalent de Jessica est toujours aussi persistant. Mais comme dans le volume précédant le pivot de l'histoire se situe autour de "l'abomination".
Paul a clairement échoué son jihad (qui n'est rien d'autre qu'une vendetta), au lieu de changer le système il n'a fait que de remplacer la tête. C'est donc son fils qui va entreprendre la lente destructuration de l'Empire.