Auteur Sujet: quelle vision de la société pour F Herbert ?  (Lu 4076 fois)

Hors ligne gudul

  • Ramasseur de Rosée
  • Messages: 1
quelle vision de la société pour F Herbert ?
« le: septembre 04, 2014, 05:11:07 pm »
Bonjours,
j'ai une question qui me turlupine depuis longtemps: quelle est la société idéal pour F Herbert, ou quelle est son sentiment des déférentes société existante ou utopique.
Il aborde la monarchie des grandes maisons, la théocratie, la démocratie qui ne semble pas avoir grâce à ses yeux, la société tribale des fremens, j'ai du mal a qualifier le Béné gesserit, et le telax. 

En ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2355
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : quelle vision de la société pour F Herbert ?
« Réponse #1 le: septembre 04, 2014, 05:29:01 pm »
Salut.
Je pense que Frank Herbert n'envisage pas nécessairement de 'nouvelles sociétés' du genre société idéale ou utopie dans sa réflexion ou son œuvre de la même façon qu'un Tomas Moore. Sur la base des ses écrits et interventions, je pense qu'il est attaché aux systèmes démocratiques et libéraux de son temps, mais qu'il en critique les dysfonctionnements, souvent liés à des structures de pouvoir déchues. p-e dirait-on que sa société idéale est celle débarrassée de ses impasses inhérentes?

Hors ligne Omnius Prime

  • Deus Mechanicus
  • Ramasseur de Rosée
  • Messages: 48
  • The network is all
Re : quelle vision de la société pour F Herbert ?
« Réponse #2 le: septembre 09, 2014, 08:23:22 am »
Bonjour,

Il me semble qu'après avoir lu les deux derniers tomes d'Herbert (Hérétiques et Maison des mères) que sa société idéale, du point de vue politique, est celle des Bene Gesserit.
Un genre de démocratie où la bureaucratie n'existe pas, où ce sont souvent les personnes désirant le moins le pouvoir qui sont promues et où la raison la logique l'intelligence et la vision à long terme sont préférées à la réitération de son mandat.

Je n'exclus pas me tromper car je ne suis pas FH mais c'est le sentiment que j'ai eu en lisant ces deux derniers livres :D
Un monde de machines est préférable à ce monde corrompu qu'est la Ligue.

"Le pouvoir attire les natures corruptibles, le pouvoir absolu attire les natures absolument corruptibles."
-Frank Herbert

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1602
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : quelle vision de la société pour F Herbert ?
« Réponse #3 le: septembre 09, 2014, 01:31:35 pm »
Pour moi, FH ne cherche pas à décrire une société "idéale". Il s'intéresse aux changements sociaux, en lien avec les événements historiques et dans une moindre mesure la volonté de puissance de certains acteurs individuels.

La "culture" des Bene Gesserit, sur la fin du Cycle, semble ne pas être une société en tant que telle et la bureaucratie ainsi que les luttes de pouvoir n'en sont de toute façon pas exclues. Par contre, je pense que nous n'avons pas assez bien exploré la structure politique de l'univers dunien vers la fin de l'Histoire, cette civilisation éclatée où la souveraineté semble désormais partagée dans des territoires géographiques s'imbriquant les uns aux autres. Il y aurait sans doute beaucoup à dire des simples vies des gens ordinaires, à cette époque... ou du moins, de ce que nous en voyons.



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Leto

  • Équipe Dune SF
  • Naib
  • *
  • Messages: 2223
    • De Dune A Rakis
Re : quelle vision de la société pour F Herbert ?
« Réponse #4 le: septembre 09, 2014, 03:51:56 pm »
Bonjours,
j'ai une question qui me turlupine depuis longtemps: quelle est la société idéal pour F Herbert, ou quelle est son sentiment des déférentes société existante ou utopique.

Réponses de Frank Herbert lui-même, sur ce forum  ;)

Le message [sous-jacent], alors, c'est que l'utopie d'une personne sera la dystopie, ou le plus mauvais monde possible, d'une autre personne - et que toute tentative de créer une société parfaite tombera dans le piège de s'auto suffire ignorant ces différences entre les individus qui font la force de l'humanité.

Ainsi selon moi, le meilleur gouvernement est celui qui est très sensible aux besoins de son peuple... c'est-à-dire le plus petit, le plus libre et le plus proche possible.
« Modifié: septembre 09, 2014, 03:56:35 pm par Leto »
L'espace et le temps sont les modes par lesquels nous pensons et non les conditions dans lesquelles nous vivons
Albert Einstein

Hors ligne Omnius Prime

  • Deus Mechanicus
  • Ramasseur de Rosée
  • Messages: 48
  • The network is all
Re : quelle vision de la société pour F Herbert ?
« Réponse #5 le: septembre 09, 2014, 05:20:55 pm »
Pour moi, FH ne cherche pas à décrire une société "idéale". Il s'intéresse aux changements sociaux, en lien avec les événements historiques et dans une moindre mesure la volonté de puissance de certains acteurs individuels.

Oui, sur ce point tu as raison. Après tout, l'arrivée des Honorées Matriarches est l'un des points forts de la fin du cycle.

Citer
La "culture" des Bene Gesserit, sur la fin du Cycle, semble ne pas être une société en tant que telle et la bureaucratie ainsi que les luttes de pouvoir n'en sont de toute façon pas exclues. Par contre, je pense que nous n'avons pas assez bien exploré la structure politique de l'univers dunien vers la fin de l'Histoire, cette civilisation éclatée où la souveraineté semble désormais partagée dans des territoires géographiques s'imbriquant les uns aux autres. Il y aurait sans doute beaucoup à dire des simples vies des gens ordinaires, à cette époque... ou du moins, de ce que nous en voyons.

Oui, il est certain qu'il y aurait beaucoup de choses à dire, mais malheureusement l'histoire n'en donne pas grand-chose il me semble, car tout est centré sur l'invasion des HM.
Un monde de machines est préférable à ce monde corrompu qu'est la Ligue.

"Le pouvoir attire les natures corruptibles, le pouvoir absolu attire les natures absolument corruptibles."
-Frank Herbert