Auteur Sujet: Le darwinisme dans Dune  (Lu 4382 fois)

Hors ligne Leto

  • Équipe Dune SF
  • Naib
  • *
  • Messages: 2223
    • De Dune A Rakis
Le darwinisme dans Dune
« le: mars 02, 2014, 11:53:42 pm »
Fil de discussion suite à l'article Le darwinisme dans Dune publié sur le blog.
>> http://blog.dune-sf.fr/darwin

Même si cette (vaste) thématique a été abordée à plusieurs reprises sur le forum, tous vos commentaires et vos remarques sont les bienvenus :snoob:
L'espace et le temps sont les modes par lesquels nous pensons et non les conditions dans lesquelles nous vivons
Albert Einstein

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Dune est elle l'oeuvre d'un penseur eugéniste ?
« Réponse #1 le: mars 17, 2014, 12:09:54 pm »
cet article est également consultable sur le blog
http://blog.dune-sf.fr/darwin_02/


Les sœurs du Bene Gesserit sont des horticultrices, ou des éleveuses. À la manière des jardiniers ou des agriculteurs, elles sélectionnent les individus portant des traits qui leur semblent utiles ou remarquables selon leur critères et les font se reproduire. Le programme génétique qui vise à la création du Kwisatz Haderach se fonde sur des techniques éprouvées depuis des milliers d'années sur les plantes et animaux, mais que rarement sur les humains. Ce que la nature par la sélection naturelle peut prendre en générations durant à produire, les humains le renforcent artificiellement en systématisant et radicalisant le processus de sélection. Ainsi, une grande quantité de plantes de jardin, de cultures agricoles, de bétails de tout genre ou d'animaux de compagnies de tout poils sont des produits de cette technique: des dahlias qui fleurissent plus longtemps et qui sont plus colorées, des tomates qui mûrissent plus vite et qui deviennent plus grosses, des vaches qui produisent plus de lait, des chevaux qui courent plus vite, des chiens de compagnie pour tous les goûts...

Citer
« As-tu jamais tamisé du sable ? »
La question était tangente et mordante : son esprit gagna un niveau supérieur d’appréhension. Tamiser le sable. Il acquiesça.
« Nous, Bene Gesserit, tamisons les gens pour découvrir les humains », dit la vieille femme.
Du~World. 1, 107-109
Le Bene Gesserit tamise les humains tel du sable, selon la formule employée par la Révérende mère Gaius Helen Mohiam, pour les distinguer des animaux et pour renforcer la lignée de ceux qui leurs semblent bons en procédant à des croisements, selon un programme génétique de reproduction détaillé. Cela ne se distingue guère de l'eugénisme tel que pensé dans les année 1880 après les publications des théories de Darwin et Spencer. L'eugénisme, n'est que l'ensemble des recherches (biologiques, génétiques) et des pratiques (morales, sociales) qui ont pour but de déterminer les conditions les plus favorables à la procréation de sujets sains et, par là même, d'améliorer la race humaine [1] , soit l'application aux humains de techniques jusqu'alors réservées aux plantes et aux animaux. Le néologisme est formé par le savant anglais Sir Francis Galton (1822-1911) qui fut aussi le fondateur de cette science, en combinant les éléments tirés du grec eu (bon) et genos (naissance).

Dans la droite lignée de Darwin, mais sur un plan plus pratique, les premières inspirations eugéniques se développèrent en Europe. Mais là où la sélection naturelle permet à la nature de combler les espaces concurrentiels en optimisant les ressources et leur emploi par des différentiations en spécialisation, l'évolution eugénique revêt un caractère téléologique jusqu'alors inexistant. L'idée sous-jacente de l'eugénisme entend que, si le but téléologique de la nature est de produire le meilleur élément, alors, en aidant les meilleurs à se reproduire, le mouvement de l'ordre naturel n'en est que renforcé, accéléré, fortifié, et comme ce mouvement est inspiré de la nature, il ne peut être que bon et sain. La confusion, les errements et le dérapage interviennent encore plus tragiquement lorsque, pour aider les prétendus plus forts, on se met en tête d'éliminer les prétendus plus faibles, plus déviants, plus décadents. Si les années 1920-30 fut l'apogée de la pensée eugénique, le bilan de l'Allemagne Nazi (et d'autres nations ou expériences dont il est bien moins fait la publicité) et le développement moderne du génie génétique ont fait cette discipline et ses techniques l'objet de grands questionnements éthiques.
L'idée générale n'étant pas de retracer l'historique de la pensée eugénique plutôt que de souligner le caractère eugénique des programme génétique que Frank Herbert introduit dans son roman. Dans l'histoire de la Science Fiction, cela ne représente ni une première, ni un cas unique: les problématiques qu'une telle pensée peut poser dans ses pratiques est un bon terreau pour les dystopies et utopies [2], mais on peut noter que le terme n'apparaît pas - plus par escient que par omission, cela peut se discuter. Il peut être invoqué le fait que l'appréhension des techniques de contrôle des naissances par les esprits se soit différenciée de l'eugénisme qui, par connotation, c'est confondu avec celui d'euthanasie, voire en est devenu un synonyme ou un euphémisme, ce qui est un vue biaisée des choses. En considérant le programme de contrôle des naissances décrit dans Ringworld par Larry Niven [3], un programme eugénique est en place qui aboutit à des conséquences hypothétiques (sinon quelque peu farfelu) mais qui illustrent bien la logique inhérente: seuls aux chanceux sont donnés la possibilité de se reproduire, renforçant par cela - comme souligné par le Marionnettiste et selon la logique darwinienne - le trait de la chance dans la population puisqu'il est le critère retenu par la technique de sélection. L'intérêt de souligner le fait que Frank Herbert introduit ce concept n'est pas de tenter un procès de sorcière contre l'auteur en tentant de soulever une quelconque sympathie de de ce dernier pour des goûts éthiques douteux, mais pour mieux aborder l'esprit des deux programmes eugéniques en usage et leur relation à la question darwinienne.

De manière générale, le fondement de l'eugénisme, sa logique première, vole en éclat lorsque l'on rend compte de l'absence de toute téléologie dans la nature. Les principes de thermodynamique, avec lesquels la sélection naturelle compose, montrent que l'état des choses tend vers l'entropie; ceci étant, les individus de la nature n'ont comme soucis que leur propre survie, et la nature ne vise pas via l'évolution à produire le meilleur individu, mais la sélection naturelle est le mécanisme par lequel les individus les plus adaptés à leur situation environnante subsistent; ce qui se faisant, avec l'aide de la variabilité, produit l'évolution. La sélection naturelle n'a pas d’intentionnalité.
L'absence de téléologie est l'un des points sur lequel Samuel Butler tient à insister lorsqu'il critique Charles Darwin (même si dans l’œuvre l'Origine des Espèces cette absence n'est pas totale, juste réduite [4]). C'est cette opposition contre l'aspect mécanique et inorganique de l'évolution qui va probablement pousser Frank Herbert à nommer le Jihad anti-machine avec ce patronyme [5] et comme sur cet auteur il y aurait encore plus à dire, un autre article sera consacré.

Citer
Whereas Darwin forced a choice between teleology and evolution, Butler argued that embracing evolution did not require the sacrifice of the teleological view of nature in the name of science. Instead, Butler insisted that the choice was really between two types of evolution, one teleological and the other not. Here, unlike most popularizers, Butler was actually intervening in the scientific debates over the nature of evolution, by criticizing Darwinian theory and countering it with a theory of his own.
Samuel Butler, Victorian Against the Grain: A Critical Overview by James G. Paradis - p120
Dans la nature, les individus luttent face à l'entropie jusque dans les derniers bastions: partout où une quelque chance ou place subsiste pour que l'un d'eux ou une forme de vie plus primitive puisse boucler son cycle de vie et de se reproduire alors il occupe cette place: au fond des océans, sous les glaces antarctiques, dans les recoins des déserts... La nature vise-t'elle à être meilleure ? non, la nature ne prétend qu'à sa propre survie.

Citer
« Sur toute planète favorable à l’homme, disait Kynes, il existe une sorte de beauté interne faite de mouvement et d’équilibre. Cette beauté produit un effet dynamique stabilisateur qui est essentiel à l’existence. Sa fonction est simple : maintenir et produire des schémas coordonnés de plus en plus diversifiés. C’est la vie qui augmente la capacité de tout système clos à entretenir la vie. La vie dans sa totalité est au service de la vie. Au fur et à mesure qu’elle se diversifie, les aliments nécessaires deviennent plus disponibles. Tout le paysage s’éveille, les relations s’établissent, s’interpénètrent. »
Du~App. 1, 6
La poursuite d'un idéal conceptuel souvent représenté par l'homme supérieur, le nouvel homme, le Zek, le bon Aryen, et ici le Kwisatz Haderach. Bien que le Bene Gesserit tienne un programme de reproduction génétique solide, leur but est illusoire: le Kwisatz Haderach sans cesse leur échappe (Paul, Leto II, Duncan). Et sans le nommer expressément, Frank Herbert introduit bien l'eugénisme dans son roman. Alors quelle critique de l'eugénisme fait-il ? Car s'il fait échoir le programme du Bene Gesserit, celui de Leto II semble fonctionner. La nature, l'environnement, l'entropie, l'évolution. Frank Herbert s'inspire aux sources des théories évolutionniste pour dynamiser son univers de Dune, en le bâtissant au dos de son propre paradigme.

Ainsi, le roman regorge de passages s'inspirant de la pensée évolutionniste ou d'aphorismes y faisant explicitement référence, et le personnage de Leto II va jusqu'à personnifier les théories de Darwin. Si l'Empereur-Dieu de Dune illustre le mieux cette inspiration darwiniste, les traces peuvent se collectionner tout au long du cycle [6]. La composante darwinienne qui supporte la philosophie du texte est en étroite interaction avec les autres thèmes de prédilections de Frank Herbert comme l'écologie comme compréhension des conséquences et le pouvoir comme facteur de corruption [7].

Citer
"[...] nul ne peut obtenir nourriture-sécurité-liberté par le seul instinct... [...]"
Du~World. 1, 28
Citer
Cessez de faire l’idiot. La Guilde est comme un village au bord d’un fleuve. Elle a besoin de l’eau mais ne peut en prendre qu’un minimum. Impossible de construire un barrage car cela attirerait l’attention sur ce petit prélèvement. Cela pourrait même amener la destruction. Ce fleuve, c’est l’épice, et j’ai construit un barrage sur ce fleuve. Je l’ai construit de telle façon que vous ne pouvez le détruire sans éliminer le fleuve. »
Du~Pr. 11, 156
Dans le cadre de son univers, Frank Herbert définit une situation dans laquelle seule la stagnation est l'issue, ce qu'illustre le choix de Paul de partir dans le désert. À l'opposé, il propose une solution avec le Sentier d'Or. En imposant que l'épice continue de circuler dans l'Empire, la Guilde Spatiale construit un système dans lequel l'épice ne peut être utilisé comme levier de pouvoir, comme instrument de despotisme hydraulique, et assure par là que nul ne soit en danger d'être à court. Les conditions de l’impasse sont réunies, en créant une situation de statu quo permanent, c'est la stagnation qui prospère. C'est avec le coup de Arrakis que les dynamiques se remettent en place. Leto II tarit la source d'épice en devant cette source même plus que la planète Dune et reprend à son compte le programme génétique du Bene Gesserit: son but est à la fois simple et d'envergure: recréer un environnement propice à la sélection et à l'évolution. Tout en préparant le cheptel humain aux luttes futures, il le tient la bride au cou, inactif, impuissant et sans besoin pour enfin les libérer violemment en les privant de l'abondance de l'épice et de leur sécurité.

Citer
« Je suis ici pour donner un but à l’évolution et, par là même, à nos existences », dit Leto.
Child. 53, 95
En rendant les humains complétement libres, mais dépourvu de moyens de subsistance et de toute protection, il brise le modèle pré-existant pour déclencher de nouvelles réactions, de nouvelles situations; et alors l'humanité va pourvoir lutter pour sa survie et devoir chercher de nouvelles voies. Ceux qui reviennent de la Dispersion ne sont pas nécessairement meilleurs, mais définitivement transformés, et les les structures anciennes qui sont restées en arrière doivent faire face: peut-on perdurer sans changer ? peut-on changer sans échapper ?
~~~

[1] définition ATILF
[2] liste livres SF comportant des éléments de politique eugénique ci-dessous
[3] Cf. billet sur Ringworld
[4] Cf. article sur l'Origine des Espèces
[5] Cf. article sur le Jihad Butlérien
[6] Une liste d'extraits choisis (donc non-exhaustive) est disponible ci dessous.
[7] Cf. revue d'article tiré de l'opus de Tim O'Reilly the Maker of Dune: Listening the the Left Hand

« Modifié: mars 17, 2014, 12:24:45 pm par ionah »

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Le darwinisme dans Dune
« Réponse #2 le: mars 17, 2014, 12:13:21 pm »
[2] liste de livres SF comportant des éléments de politique eugénique. essentiellement tiré de ISFBD sur la base des tags employés. je dois reconnaître ne pas connaître la moitié de ces opus.

    1948 - Beyond This Horizon , Robert A. Heinlein
    1961 - Invaders from the Infinite by John W. Campbell, Jr.   
    1944 - Fly Envious Time by Lou King-Hall
    1935 - Human Machines by J. Harvey Haggard
    1935 - Rebellion by John W. Campbell, Jr.
    1935 - The Invaders by John W. Campbell, Jr.
    1933 - The Mother World by B. Wallis and Geo. C. Wallis
    1931 - Too Many Boards by Harl Vincent
    1930 - Concrete: A Story of Two Hundred Years Hence? by Aelfrida Tillyard
    1930 - Into the 28th Century by Lilith Lorraine
    1930 - Vampires of Venus by Anthony Pelcher
    1929 - Buried Treasure by Miles J. Breuer, M.D.
    1929 - The Murgatroyd Experiment by S. P. Meek
    1927 - The Retreat to Mars by Cecil B. White
    1927 - The Tide Projectile Transportation Co by Will H. Gray
    1948 - The Sunken World by Stanton A. Coblentz
    1935 - The Elixir of Progress by Philip Jacques Bartel
    1934 - Twenty-Five Centuries Late by Philip Jacques Bartel
    1965 - Enslaved Brains by Earl Binder and Otto Binder
    1929 - Rays and Men by Miles J. Breuer, M.D.
    1930 - The Thunderer by A. H. Johnson
    1932 - In the Year 8000 by Otfrid von Hanstein

[6] Une liste d'extraits choisis (donc non-exhaustive) en anglais - je mettrai la version française ensuite -des passages qui évoquent les questions et modalité de l'évolution, de la sélection naturelle.

Child. 17, 16
The old ways (My ways! he admitted) had forced his people to ignore all history except that which turned inward onto their own travail. The old Fremen had read history out of their own terrible migrations, their flights from persecution into persecution. The old planetary government had followed the stated policy of the old Imperium. They had suppressed creativity and all sense of progress, of evolution. Prosperity had been dangerous to the old Imperium and its holders of power.

Child. 13, 119
Farad'n studied the old man for a long space, wondering at the deeper issues implied by such thoughts, at the persistence of such discredited concepts. Morality! Social goals! These were myths to put beside belief in an upward movement of evolution.

Child. 1, 1
Muad'Dib's teachings have become the playground of scholastics, of the superstitious and the corrupt. He taught a balanced way of life, a philosophy with which a human can meet problems arising from an ever-changing universe. He said humankind is still evolving, in a process which will never end. He said this evolution moves on changing principles which are known only to eternity. How can corrupted reasoning play with such an essence?
-Words of the Mentat Duncan Idaho

Child. 53, 95
I'm here to give purpose to evolution and, therefore, to give purpose to our lives, Leto said.

Child. 63, 63
But much more precise, Leto said. "The Bene Gesserit believed they could predict the course of evolution. But they overlooked their own changes in the course of that evolution. They assumed they would stand still while their breeding plan evolved. I have no such reflexive blindness. Look carefully at me, Farad'n, for I am no longer human."

Her. 28, 1
By your belief in singularities, in granular absolutes, you deny movement, even the movement of evolution! While you cause a granular universe to persist in your awareness, you are blind to movement. When things change, your absolute universe vanishes, no longer accessible to your self-limiting perceptions. The universe has moved beyond you.
- First Draft, Atreides Manifesto: Bene Gesserit Archives

Her. 1, 12
No person or society is ever a pinnacle. Evolution dies not end short of death for an entire species. The fixed pattern of the seasons has been imposed on countless planets but few have dared perpetual sprigtime, or even a perpetual summer. Lack of change creates boredom. Those who are bored become unruly.

Chapt. 1, 34
Indeed, it was the Bene Gesserit view that humans were life designed by evolution to create order.

Emp. 3, 24
She fascinates even me, though. I watched her there in the forest. Through my Wan devices I watched her, wondering why I had not anticipated this venture. But Siona is . . . Siona. That is why I made no move to stop the wolves. It would have been wrong to do that. The D-wolves are but an extension of my purpose and my purpose is to be the greatest predator ever known.
 -The Journals of Leto


Emp. 10
38    I am a predator, Moneo.
39    Pred . . . Moneo broke off and shook his head. He knew the meaning of the word, he thought, but the word itself shocked him. Was the God Emperor joking?
40    Predator, Lord?
41    The predator improves the stock.
42    How can this be, Lord? You do not hate us.
43    You disappoint me, Moneo. The predator does not hate its prey.
44    Predators kill, Lord.
45    I kill, but I do not hate. Prey assuages hunger. Prey is good.
46    Moneo peered up at Leto's face in its gray cowl.
47    Have I missed the approach of the Worm? Moneo wondered.
48    Fearfully, Moneo looked for the signs. There were no tremors in the giant body, no glazing of the eyes, no twisting of the useless flippers.
49    For what do you hunger, Lord? Moneo ventured.
50    For a humankind which can make truly long-term decisions. Do you know the key to that ability, Moneo?
51    You have said it many times, Lord. It is the ability to change your mind.
52    Change, yes. And do you know what I mean by longterm?
53    For you, it must be measured in millennia, Lord.
54    Moneo, even my thousands of years are but a puny blip against Infinity.


Du~World. 15, 139
"It's a rule of ecology," Kynes said, "that the young Master appears to understand quite well. The struggle between life elements is the struggle for the free energy of a system. Blood's an efficient energy source."

Child. 53, 157
I cannot lie to you any more than I could lie to myself, Paul said. "I know this. Every man should have such an auditor. I will only ask this one thing: is the Typhoon Struggle necessary?"

Emp. 12, 1
Odd as it may seem, great struggles such as the one you can see emerging from my journals are not always visible to the participants. Much depends on what people dream in the secrecy of their hearts. I have always been as concerned with the shaping of dreams as with the shaping of actions. Between the lines of my journals is the struggle with humankind's view of itself-a sweaty contest on a field where motives from our darkest past can well up out of an unconscious reservoir and become events with which we not only must live but contend. It is the hydraheaded monster which always attacks from your blind side. I pray, therefore, that when you have traversed my portion of the Golden Path you no longer will be innocent children dancing to music you cannot hear.
-The Stolen Journals

Emp. 45, 1
Given enough time for the generations to evolve, the predator produces particular survival adaptations in its prey which, through the circular operation of feedback, produce changes in the predator which again change the prey etcetera, etcetera, etcetera .... Many powerful forces do the same thing. You can count religions among such forces.
-The Stolen Journals

Emp. 40
40    What you believe!
41    Ho! You ask after my faith. Well, now-I believe that something cannot emerge from nothing without divine intervention.
42    His answer puzzled her. "How is that an. . ."
43    Natura non facit saltus, he said.
44    She shook her head, not understanding the ancient allusion which had sprung to his lips. Leto translated:
45    Nature makes no leaps.

Du~Pr. 2, 25
The Baron weighed this disclosure, then: "What has Arrakis to do with this?" "It provides a pool of recruits already conditioned to the bitterest survival training."

Child. 63, 50
You have an admirable directness, Leto said. "I'm a community dominated by one who was ancient and surpassingly powerful. He fathered a dynasty which endured for three thousand of our years. His name was Harum and, until his line trailed out in the congenital weaknesses and superstitions of a descendant, his subjects lived in a rhythmic sublimity. They moved unconsciously with the changes of the seasons. They bred individuals who tended to be short-lived, superstitious, and easily led by a god-king. Taken as a whole, they were a powerful people. Their survival as a species became habit."

Emp. 26, 184
Leto's Peace, the Golden Path to insure our survival. That's what he says.

Chapt. 17, 23
Survival of humankind took precedence over survival of the Sisterhood. Else our grail of human maturity is meaningless.

Chapt. 18, 160
"That was an element the Tyrant left out of his Golden Path. He didn't consider happiness, only survival of humankind."

Chapt. 39, 134
Odrade turned her attention upward, picking a prominent comeye in a chandelier. "Note those Ixians. Their 'mind in a deterministic universe' has given way to 'mind in an unlimited universe' where anything may happen. Creative anarchy is the path to survival in this universe." "Thank you for this lesson, Mother Superior."

Emp. 35
96    I do not know if you can understand this, Duncan, but if there is a frontier, any kind of frontier, then what lies behind you cannot be more important than what lies ahead.
97    You're the past!
98    No, Moneo is the past. He is quick to raise the traditional aristocratic barriers against all frontiers. You must understand the power of those barriers. They not only enclose planets and land on those planets, they enclose ideas. They repress change.
99    You repress change!
100    He will not deviate, Leto thought. One more try.
101    The surest sign that an aristocracy exists is the discovery of barriers against change, curtains of iron or steel or stone or of any substance which excludes the new, the different.




« Modifié: mars 17, 2014, 01:13:35 pm par ionah »

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Le darwinisme dans Dune
« Réponse #3 le: mai 12, 2014, 03:51:38 pm »
en relation avec la question du Darwinisme, il y a le personnage de Samuel Butler dont nous évoquions le nom dans l'article sur le Jihad Butlérien (http://blog.dune-sf.fr/butlerianjihad_1/) ainsi que dans l'article ci-dessus (http://blog.dune-sf.fr/darwin_02/)

je liste ci-dessous la bibliographie de Samuel Butler, dont certains titres traitent directement de la question du Darwinisme (ceux avec étiquette 'Scientific') et qui sont aqussi accessible sur la base du Project Gutenberg (http://www.gutenberg.org/ebooks/author/748)


par thèmes

Topographical - A First Year in Canterbury Settlement, 1863
Topographical - Alps and Sanctuaries of Piedmont and the Canton Ticino, 1882
Topographical - Ex Voto: An Account of the Sacro Monte or New Jerusalem at Varallo-Sesia, 1888

Satirical and theological - The Evidence for the Resurrection of Jesus Christ, as Given by the Four Evangelists, Critically Examined, 1865
Satirical and theological - Erewhon; or, Over the Range, 1872
Satirical and theological - The Fair Haven, 1873
Satirical and theological - Erewhon Revisited, 1901
Satirical and theological - God the Known and God the Unknown, 1909

Scientific - Life and Habit: An Essay After a Completer View of Evolution 1878
Scientific - Evolution, Old and New, 1879
Scientific - Unconscious Memory, 1880
Scientific - Luck or Cunning as the Main Means of Organic Modification?, 1887

Novel -  The Way of All Flesh, 1903
 
Miscellaneous -A Lecture on the Humour of Homer, 1892
Miscellaneous -The Life and Letters of Dr. Samuel Butler, 2 vol., 1896
Miscellaneous -The Authoress of the Odyssey, 1897
Miscellaneous -The Iliad of Homer, Rendered into English Prose, 1898
Miscellaneous -Shakespeare’s Sonnets Reconsidered, and in Part Rearranged, 1899
Miscellaneous -The Odyssey, Rendered into English Prose, 1900
Miscellaneous -Essays on Life, Art and Science, 1904
Miscellaneous -The Note-Books of Samuel Butler (ed. Henry Festing Jones), 1912

Musical compositions - Gavottes, Minuets, Fugues and Other Short Pieces for the Piano, 1885
Musical compositions - Narcissus, 1888
Musical compositions - Ulysses: An Oratorio, 1904


chronologique:

1863  - A First Year in Canterbury Settlement - Topographical.
1865  - The Evidence for the Resurrection of Jesus Christ, as Given by the Four Evangelists, Critically Examined - Satirical and theological
1872  - Erewhon; or, Over the Range - Satirical and theological
1873  - The Fair Haven - Satirical and theological
1878  - Life and Habit: An Essay After a Completer View of Evolution - Scientific
1879  - Evolution, Old and New - Scientific
1880  - Unconscious Memory - Scientific
1882  - Alps and Sanctuaries of Piedmont and the Canton Ticino - Topographical
1885  - Gavottes, Minuets, Fugues and Other Short Pieces for the Piano - Musical compositions
1887  - Luck or Cunning as the Main Means of Organic Modification? - Scientific
1888  - Ex Voto: An Account of the Sacro Monte or New Jerusalem at Varallo-Sesia - Topographical
1888  - Narcissus - Musical compositions
1892  - A Lecture on the Humour of Homer - Miscellaneous
1896  - The Life and Letters of Dr. Samuel Butler, 2 vol. - Miscellaneous
1897  - The Authoress of the Odyssey - Miscellaneous.
1898  - The Iliad of Homer, Rendered into English Prose - Miscellaneous.
1899  - Shakespeare’s Sonnets Reconsidered, nd in Part Rearranged - Miscellaneous
1900  - The Odyssey, Rendered into English Prose - Miscellaneous.
1901  - Erewhon Revisited - Satirical and theological
1903  - The Way of All Flesh - Novel
1904  - Essays on Life, Art and Science - Miscellaneous.
1904  - Ulysses: An Oratorio - Musical compositions
1909  - God the Known and God the Unknown - Satirical and theological
1912  - The Note-Books of Samuel Butler - Miscellaneous

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Le darwinisme dans Dune
« Réponse #4 le: juin 28, 2014, 11:31:37 pm »
Fil de discussion en relation avec l'article publié sur le blog: Samuel Butler, quelle influence sur Frank Herbert ?
>> http://blog.dune-sf.fr/butler-01/

tous vos commentaires et vos remarques sont les bienvenus   :-*


Hors ligne Omnius Prime

  • Deus Mechanicus
  • Ramasseur de Rosée
  • Messages: 48
  • The network is all
Re : Le darwinisme dans Dune
« Réponse #5 le: juin 29, 2014, 02:03:46 pm »
Salut !

ma question est simple : existe-t-il une traduction française du livre Erewhon ?
Un monde de machines est préférable à ce monde corrompu qu'est la Ligue.

"Le pouvoir attire les natures corruptibles, le pouvoir absolu attire les natures absolument corruptibles."
-Frank Herbert

valar

  • petit Rakinou
Re : Re : Le darwinisme dans Dune
« Réponse #6 le: juin 29, 2014, 03:33:50 pm »
Salut !

ma question est simple : existe-t-il une traduction française du livre Erewhon ?

google est ton amie  ;D


Hors ligne Omnius Prime

  • Deus Mechanicus
  • Ramasseur de Rosée
  • Messages: 48
  • The network is all
Re : Le darwinisme dans Dune
« Réponse #7 le: juin 29, 2014, 04:45:25 pm »
Ahah merci x)

Sauf que Google est un ami traître ^^
Un monde de machines est préférable à ce monde corrompu qu'est la Ligue.

"Le pouvoir attire les natures corruptibles, le pouvoir absolu attire les natures absolument corruptibles."
-Frank Herbert

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Le darwinisme dans Dune
« Réponse #8 le: juin 29, 2014, 11:02:12 pm »
oui, il existe des versions traduites de Erewhon. disponibles dans plusieurs librairies. une simple recherche babelio/yahoo/bing/google te guidera.
pour les autres textes, je suis moins sûr. mais je dois bien avouer ne pas avoir cherché davantage, m'étant limité à ce que Project Gutemberg pouvait offrir.

Hors ligne Omnius Prime

  • Deus Mechanicus
  • Ramasseur de Rosée
  • Messages: 48
  • The network is all
Re : Le darwinisme dans Dune
« Réponse #9 le: juin 30, 2014, 10:15:54 am »
merci.
c'est juste que vu les extraits que tu as mis, ce texte m'a l'air jouissif *-*

voilà, c'était l'avis d'un fana des machines...
Un monde de machines est préférable à ce monde corrompu qu'est la Ligue.

"Le pouvoir attire les natures corruptibles, le pouvoir absolu attire les natures absolument corruptibles."
-Frank Herbert