Auteur Sujet: La Bombe mentale  (Lu 894 fois)

Hors ligne Leto

  • Équipe Dune SF
  • Naib
  • *
  • Messages: 2225
    • De Dune A Rakis
La Bombe mentale
« le: mars 11, 2012, 01:32:54 am »
(VO : The Mind Bomb)

Dans cette nouvelle de 1969, précurseur de l'L'Empereur-Dieu de Dune, Frank Herbert nous raconte l'histoire d'une Machine Suprême dont le but est d'assurer la survie de l'Homme, notamment en évitant les conflits. Cependant, éviter les conflits se traduit par une homogénéisation des civilisations et des cultures humaines. Cela mène à la stagnation. Comme pourrait-il en être autrement lorsque le sort du monde est confiée à une machine, dont les seules pensées sont des algorithmes et autres formules de calcul prévues par ses concepteurs. De la même façon, comment des symboles et un langage mathématiques pourraient rendre compte de toutes la complexité de la nature humaine. Cet élément est compris à un moment par la machine, lorsqu'elle souhaite "retravailler" la culture : l'esthétique ne peut s'enseigner ou être imposée, c'est une expérience personnelle. Sur le même mode, la machine ne peut concevoir l'imagination.

Une fois encore, le propos de Frank Herbert est plus qu'intéressant, mais c'est par la forme que pèche cette nouvelle. Structures grammaticales assez compliquées et passages agrémentés de termes "technologistes" pour faire plus SF, alourdissent le propos, au risque de perdre le lecteur. Mais on comprend, à la lumière de cette nouvelle, et au face-à-face Homme/Machine, la volonté de Frank Herbert de retenter l'aventure avec le Tyran de l'L'Empereur-Dieu de Dune. En effet, il faut être plus qu'un Homme pour vouloir libérer l'Humanité, mais être/devenir plus qu'un Homme, c'est prendre le risque de perdre de vue la compréhension/la conscience de qu'est un être humain.
Et pour nous prévenir du danger d'un surhomme, Frank Herbert va utiliser son procédé habituel : il nous dépeint un anti-héros qui, après avoir fait face à la machine, retombera dans l'oubli. Ce "héros", c'est un homme du nom de Wheat. Rien que par cette entrée en matière, Frank Herbert nous montre le peu d'importance de cette personne. Wheat n'est pas spécialement beau, il est porté sur la boisson (à en croire sa femme). Et là, tout au long de l'histoire, Frank Herbert va montrer que tout homme a un potentiel extraordinaire qui ne demande qu'à s'exprimer pour peu que les conditions soient favorables, comme la guerre ou le refus de la stagnation.
Quant à cette Machine  Suprême, il s'agit bien d'un modèle qui servira à créer l'L'Empereur-Dieu de Dune, solitaire dans sa tour d'ivoire, qui cherche à assurer et la survie et la progression de l'espèce humaine. Au final, tout comme Leto II, elle comprendra que c'est sa chute qui permettra à l'Homme de franchir le cap.
« Modifié: mars 11, 2012, 12:05:55 pm par Leto »
L'espace et le temps sont les modes par lesquels nous pensons et non les conditions dans lesquelles nous vivons
Albert Einstein