Auteur Sujet: Rat race  (Lu 1089 fois)

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Animateurs/Modérateurs
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1628
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Rat race
« le: décembre 04, 2011, 04:01:51 pm »
« Modifié: décembre 04, 2011, 06:39:36 pm par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2363
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Rat race
« Réponse #1 le: mai 17, 2012, 10:15:34 pm »

   "Quand Lewis parlait d'«étrangers», il voulait dire «non-américains», et non pas «extraterrestres»."*
   Cette courte fiction peut se trouver dans sa version traduite dans le recueil "Les prêtres du Psi" sous le titre "La Course du Rat", la version originale publiée dans un magazine SF** date de 1955. Quelque part dans le même style que "Old Rambling House", cela démarre comme une banale enquête policière qui tourne graduellement à la SF. Et comme pour l'autre nouvelle (bien qu'écrite plus tard), le ton transpire dans les premières lignes: dans un cadre de normalité, un détail permet une définir une situation.

   
Citer
Tentative de résumé: 
        Lewis Welby est à la tête du service des enquêtes criminelles dans son district, et alors qu'il effectue une visite de routine à la morgue il aperçoit des bombonnes entreposées dans le bâtiments qui retiennent son attention tant elles semblent n'avoir rien à faire en ce lieu. Et en grattant un peu sous le vernis, il découvre que le croque-mort cache quelque chose.
       Celui-ci, exposé par le policier, lui tire dessus et se tire une balle dans la tête.
       C'est là que la SF s'installe plus directement, et depuis son lit d'hôpital, Lewis poursuit l'enquête afin de découvrir ce qu'est réellement le croque-mort, allant jusqu'à proposer de donner un signe à leurs 'observateurs' montrant que les 'simples humains' ont pris conscience des expériences auxquelles ils étaient soumis.

   Une courte fiction sensiblement découpée en deux partie, une première axée sur l'aspect policier/détective et trempée dans un esprit "holmien" avec l'accent mis sur les déductions logiques par lesquelles Lewis parvient à soulever le bout du tapis pour découvrir le pot-aux-roses.
   "In his mind was the Holmesian observation: If a man lies about an apparently inconsequential thing, then that thing is not inconsequential."
   Là, des objets en apparence anodins sont une porte vers l'inconnu et le fantastique. En quelques pages, Frank Herbert fait monter la pression fictionnelle à coup de pourquoi, de questions non-répondues, de curiosités et de sous-entendus.
   "Lewis was reminded of his nightmare. A mere human ... A mere human ... A mere human. The words kept turning over hi his mind. What was it about Johnson that brought up the idea of a freak? he wondered."

   Un autre aspect intéressant dans le style de la nouvelle repose dans le fait que si la deuxième partie plonge le lecteur dans le côté SF de la narration, c'est essentiellement par truchement d'une narration rapportée par divers interlocuteurs auxquels Lewis, cloué dans un lit d'hôpital, fait part de ses réflexions ou simplement il donne des instructions. L'aspect mystérieux et d'étrangeté de la situation en ressort grandi puisque le lecteur ne fait jamais l'expérience directement via Lewis, mais sur la base des témoignages qui lui sont faits pour enfin découvrir par force d'intuitions la véritable nature du danger.
   "Doc, what would you do if you found out that one of your white rats was not only intelligent but had found out what you were doing to it?"

   Un élément d'inconfort reste pour moi ce titre: "Rat Race" est traduit ici par Dominique Haas*** en "La Course du Rat". En premier lieu, l'expression rat race fait penser à routine ou métro-boulot-dodo, tel que cela est enseigné dans les cours d'anglais. Et je pense que Herbert veut jouer ici sur une double signification: derrière leur train-train quotidien, les humains sont utilisés pour des tests, tels des simples rats de laboratoire en cage qui n'ont pas conscience de leur état.
   Si en US-english, le titre, après lecture, fait sens, il me semble que sa traduction en français ne permet pas de rendre les deux aspects de la même façon.


* «When Lewis said "alien" he meant non-American, not extraterrestrial.»
** "Rat Race" in Astounding Science Fiction, July 1955
*** Traducteur/trice? aussi de Asimov et Robinson