Auteur Sujet: L'histoire... Intro  (Lu 9495 fois)

Hors ligne Arvelt

  • Animateurs/Modérateurs
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 118
  • "MJ, c'est pas pour Michael Jackson. OK?"
L'histoire... Intro
« le: juin 04, 2009, 02:31:15 pm »


Le soleil se couche sur Arrakeen, et l'orange brulant du ciel repond à la noirceur du Mur du Bouclier. Dans la cité, l'activité diurne se tait petit à petit. Bientôt il ne restera sur les remparts et dans les rues que les soldats Harkonnen dans leurs uniformes noirs renforcés. Bientôt les derniers marchands de la ville se plieront eux aussi au couvre feu, alors que dans le palais d'Arrakeen, le Legat du Baron festoiera avec ses invités, aux mépris des vies d'esclaves perdues aujourd'hui dans l'extraction d'Epice, la substance la plus précieuse de l'univers.

Mais pour l'heure, les rues sont encore parcourues de gens à la peau halée, aux yeux bleux, et aux vêtements couleur de sable. Le sable est partout dans la cité, malgré la protection du Bouclier. Et les trois hommes qui se dirigent, séparément, vers la demeure de leur hôte y laissent des traces visibles.

L'un après l'autre, ils viennent frapper à la porte d'une splendide demeure, à la façade décorée de mosaïque lapis. Un des plus importants marchand d'eau de la ville vit ici. Et ce soir, il rassemble ses amis, ou leurs envoyés.

La Maison Raicnur y a envoyé son maître d'armes, sur Arrakis depuis peu.

Personne n'a envoyé S'tian le pâle, Grewald Chuuk, le marchand, l'a convoqué. il a déja recourru à ses services.

Personne n'a envoyé Belf Elwood. C'est un ami, et il est sur Arrakis pour un motif précis. Peut-être apprendra-t-il quelque chose ce soir...

Pour chacun l'accueil est le même :

" Bienvenue, Seigneur. La réception se déroule dans l'Atrium. Mon Maitre vous y rejoindra. "

Une vingtaine de personnes aux atours élégants attendent là, dans une musique locale, verre d'eau à la main. Mais les trois derniers arrivants se distinguent facilement. Ils n'ont pas le regard curieux ni l'attitude nonchanlante des invités. Ils n'ont pas l'allure interessée des intriguants.

Dans la vaste salle éclairée par des lampes à suspenseurs, aux murs ocres, bordée de colonnes dessinant des alcoves discrètes, l'heure est à la rencontre...

« Modifié: avril 02, 2011, 09:03:02 pm par Matou »
"I do not kill. Nor does the blade I hold. We're just the same, both of us are tools. Tools wielded by the will of someone else. He is the one who kills. I'm not."

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #1 le: juin 04, 2009, 07:56:26 pm »





S'tian, dont le pseudonyme de jeune assassin est "Ombre et Cendres", se déplace dans le silence de ses pas aux semelles feutrées. Le capuchon de sa cape dissimule en partie la rondeur de ses traits et son front, mais ses yeux adolescents scintillent dans la pénombre sous ses sourcils noirs cependant qu'il découvre la place où le marchand Grewald Chuuk l'a fait venir.
Sans doute une nouvelle mission pour "Ombre et Cendres"... De quoi, peut-être, s'ouvrir le passage vers un nouveau monde à bord d'un discret vaisseau de la Guilde... S'tian espère quitter Arrakis bientôt. La présence en Arrakeen du Comte Fenring, ami intime de l'Empereur Shaddam IV, signifie la présence des Sardaukar. Et il ne souhaite pas se faire repérer par les soldats de l'Empire, car il les craint encore, d'autant plus que depuis quelques jours, un pressentiment désagréable s'impose à ses pensées.
Les adultes lui adressent un regard étonné, pour ceux qui ne le connaissent pas de réputation, ou bien appréciateur mêlé d'incertitude pour ceux qui ont entendu parler de lui. S'tian se tait. Il attendra qu'on lui dise ce qu'on lui veut.
S'installant dans un coin pour mieux pouvoir observer sans trop se faire remarquer, il s'adosse à un mur et touche à son col le contact rassurant du dispositif grâce auquel il peut en moins d'une seconde se changer en porc-épic à l'étreinte mortelle. La cotte de mailles aux aiguilles empoisonnées constitue son ultime défense et c'est pourquoi il l'entretient d'un soin si jaloux. Il en a renouvelé la neurotoxine ce matin même.
S'tian reste immobile et attend que d'autres viennent se manifester.
« Modifié: juin 21, 2009, 11:34:49 pm par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Lucyfher

  • Ramasseur de Rosée
  • Messages: 15
Re : Intro
« Réponse #2 le: juin 04, 2009, 09:44:14 pm »
Seran retire sa pèlerine de voyage pour la confier aux soins du serviteur et se dirige vers l?atrium ; avec sous son bras un présent de son seigneur, le Baron de Raicnur, pour son hôte.
Il salue poliment l?assemblée d?un geste de la tête accompagnée par une petite révérence et d?un regard évasé, passe en revue la petite troupe réunie dans cette pièce. Ce faisant, il note dans un coin de sa tête les personnes présentes et réunis le peu d?informations qu?il peut posséder sur elles. En effet, il est arrivé à Arrakeen que la veille au soir, c?est peu de temps pour connaitre les gens du coin mais suffisant pour homme entrainé.
D?autres marchands, leurs compagnes et prés d?un tiers qu?il ne connait pas
Sourire aux lèvres, il entame directement la conversation avec les personnes proches de lui.

Il a néanmoins remarqué ce jeune garçon discret. Il doit le tenir à l??il, les apparences sont toujours trompeuses.
Dans le désert, la ligne qui sépare la vie de la mort est tranchante et rapide.

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Intro
« Réponse #3 le: juin 05, 2009, 12:34:29 am »




Ce n'est que la deuxième fois qu'Elwood Belfersey se rend sur Arrakis, et le transfert depuis Canopus fut excellent, bercé par le ronronnement imperceptible des générateurs holtzman ou des moteurs à propulsion ionique surpassent toutes berceuses. il est forme et l'air chargé d'épice lui donne se petit coup de fouet qu'il s'administrerait sinon avec une onéreuse capsule de Mélange.

Lorsqu'il pénètre dans la salle de réception, il ôte ses lunettes cosmétiques sachant que dans ce genre de réception cosmopolite, il est moins probable d'être victime des croyances autochtones. le risque perdure certes, mais il a apprit à vivre avec, pour son propre confort - paradoxalement. un regard circulaire lui permet de trouver une table-alcôve libre située de façon a pouvoir embrasser l'ensemble de la salle sans pourtant en faire un coin isolé, mais au contraire assez en vue. crochetant par le buffet, il emprunte  deux carafes et quelques verres avant d'aller s'installer sans oublier de sourire poliment aux jeunes (et moins jeunes) femmes.

Passant avec une certaine distance de précaution devant un jeune garçon qui, engoncé dans sa capuche, semble vouloir faire corps avec le mur pour pouvoir mieux se faire oublier

("Un gamin ici ? -danger- ? Il n'appartient pas ici ?  Envoyé ou appelé dans un but précis ?")

Obliquant toujours vers la table, Elwood remarque le paquet que porte un convive précieusement avec lui.

("étrange, quand on veut faire étalage de sa générosité, le présent est offert et exposé ostensiblement aux yeux de tous devant le bénéficiaire. que cache-t'il si ouvertement ?")

Une fois attablé, tourné à demi vers le centre de l'atrium, il scrute de nouveau la salle et les invités : pour trouver ce qu'il cherche, il a besoin d'investir dans de nouvelles ressources. Dans le public ce soir réunit, il trouvera bien un levier.  Et comme son ami viendrait plus tard, comme annoncé, il était toujours temps de faire de nouvelles connaissances autour d'un spiritueux.

Se décidant, d'un geste de sa canne, il interpelle visuellement l'homme au paquet, déjà engagé dans quelques discussions légères en lui faisant signe de venir à sa table.

("mais oui, je suis curieux de savoir qui offre quoi à mes amis")
« Modifié: juin 11, 2009, 05:33:05 pm par ionah »

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #4 le: juin 07, 2009, 12:47:05 am »





Parmi les invités qui se rassemblent en groupes aléatoires, S'tian repère, grâce à son oeil affûté d'assassin, deux individus dont le comportement indique qu'eux aussi viennent ici dans un but précis.
Tout d'abord, cet homme gardant son paquet sous le bras. Il a jeté un regard circulaire dans toute la salle, comme pour en identifier les menaces et, même s'il n'a jamais soutenu le regard du jeune assassin, S'tian sait qu'il lui garde une partie de son attention. L'homme se déplace avec grâce et souplesse, de celles que l'on retrouve chez les duellistes de haut niveau qui maîtrisent chacun de leurs gestes. Chuuk a voulu qu'il soit dans la même pièce que cet homme, sans doute pour une bonne raison. Va-t-il avoir à le tuer ? Ou bien à faire équipe avec lui ? Les deux éventualités sont acceptables pour S'tian cependant que des fourmis semblent se répandre dans son poignet gauche, là où s'attache la gaine où il range son couteau de métal noir.
Et puis, cet autre homme, plus âgé, qui s'appuie sur une canne et dont les yeux semblent... métalliques ? S'tian ne pensait pas, jusqu'alors, que les yeux artificiels tleilaxu existaient pour de vrai : il croyait que c'était une simple rumeur. Il y a quelque chose de dérangeant dans ce visage, quelque chose qui éveille un frisson dans sa colonne vertébrale. Au demeurant, l'homme ne semble pas très menaçant - même si sa canne pourrait, en des mains expérimentées, constituer une arme redoutable. De toute évidence, puisqu'il se tient à distance prudente de S'tian, il l'a repéré lui aussi.
S'tian remarque bientôt que l'homme à la canne fait un signe de celle-ci à l'attention de l'homme au paquet. Se connaissent-ils ? Va-t-il avoir à travailler avec eux ?
Et surtout, se demande-t-il, où reste monsieur Chuuk ?
« Modifié: juin 22, 2009, 10:39:03 am par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Arvelt

  • Animateurs/Modérateurs
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 118
  • "MJ, c'est pas pour Michael Jackson. OK?"
Re : Intro
« Réponse #5 le: juin 08, 2009, 10:27:55 am »



Adossé à une colonne ornée de complexes circonvolutions, à distance de bras d'une table où est posée une cascade d'eau fraiche, où les convives peuvent venir remplir leurs verres, un homme surveille ostensiblement l'assemblée. Non qu'il s'agisse d'un quelconque garde en livrée, mais il ne fait visiblement aucun effort pour avoir l'air de se mêler aux invités, et son regard perçant voyage d'un bout à l'autre de la salle.
Jeune d'aspect, ses cheveux bruns mi-longs encadrent son visage lisse. Il porte une simple tenue dérivée de l'uniforme militaire, havane et argent, au col ouvert sur une chemise crême artistiquement chiffonée...

Passant parmi la foule, une jeune femme aux yeux bleux, à la peau mate et à la tenue simple, propose sur son plateau des verres de vin d'épice, au fort arôme de cannelle. Son apparence agréable lui a déjà valu quelques commentaires "appréciateurs" de certains convives. Mais il n'échappe pas aux gens entrainés qu'elle n'a pas l'air à la fête...

Un silence accompagne l'arrivée d'un nouvel invité. Il porte l'uniforme rouge sombre frappé du griffon Harkonnen, et est flanqué de deux gorilles qui ont l'air de mettre à rude épreuve les coutures de leurs uniformes d'apparat. L'officier à lui l'aspect plus agile, le regard plus intelligent, et le sourire plus mauvais. Il n'a pas la carnation rousse des ressortissants de Giedi Prime. Il se dirige vers un groupe et salue poliment chacun de ses membres avant de saisir un verre sur le plateau de la fille, en lui adressant un sourire presque obscène. Celle-ci s'éloigne rapidement, et laisse le Harkonnen à sa conversation...
« Modifié: juin 11, 2009, 04:07:38 pm par Kul walad »
"I do not kill. Nor does the blade I hold. We're just the same, both of us are tools. Tools wielded by the will of someone else. He is the one who kills. I'm not."

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #6 le: juin 08, 2009, 05:30:40 pm »





S'tian remarque l'homme en uniforme harkonnen dès son arrivée à la modification de l'ambiance. Un militaire d'un rang assez haut puisqu'il est flanqué de deux imposants gardes du corps.
S'tian ne sait presque rien des Harkonnen, sinon que la population d'Arrakeen les considère comme d'abominables tyrans. Leur garde armée jusqu'aux dents parade jour et nuit afin d'éliminer la moindre racine de rébellion. Il ne craint cependant pas les soldats des Harkonnen, plus lourdauds que dangereux : l'un de ses premiers contrats sur Arrakis fut de mettre fin aux jours d'un soldat qui avait refusé de payer ses dettes de jeu.
L'officier, cependant, ne lui dit rien qui vaille. Il émane de lui une aura qui lui fait penser aux ramasseurs harkonnen, ceux qui emmènent avec eux les enfants des rues d'Arrakeen, lesquels ne reviennent jamais - aux dires de la population. Du même geste, S'tian vérifie que son couteau est bien présent dans sa gaine, et il abaisse un peu plus sa capuche sur son visage. Puis il se coule derrière une colonnade. Si le Harkonnen essaie de s'approcher, il devra s'insérer à un groupe pour ne pas rester isolé. Il ne souhaite pas avoir à tuer en ces lieux sans ordre de Chuuk - même s'il n'hésitera pas une seconde à le faire s'il s'estime en danger.
« Modifié: juin 22, 2009, 10:39:30 am par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Le Condor

  • Rakinou (3)
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 144
Re : Intro
« Réponse #7 le: juin 08, 2009, 06:03:13 pm »


Le trio harkonnen précède de peu l'agent mercenaire Gwenzai naSaudrim. A peine arrivé, celui ci se défait de son léger manteau et secoue sa tenue pour en faire tomber le sable et la poussière. Il apparait alors dans la salle où se délassent les invités, vêtu d'une tenue élégante parfaitement appropriée. Ses gestes démontrent pourtant une certaine lassitude : depuis plusieurs mois qu'il est arrivé sur Arrakis, il n'a pas chômé. A croire que le joug harkonnen créé un énorme marché pour ceux qui proposent l'efficacité et la confidentialité comme garantie. Il espérait bien, en répondant à l'invitation de ce marchand d'eau, trouver l'occasion de se délasser en bonne compagnie.

L'invitation l'a quelque peu surpris. Il ne fait pas vraiment partie du gratin arrakeen. Il connait certains convives, cependant, et peut être l'un d'entre eux l'a recommandé. Peut-être le marchand d'eau aura t il du travail pour lui. Dans ce cas, le travail devra être bien payé.

Un rapide coup d'oeil circulaire suffit à Gwenzai pour se faire une idée de l'endroit. Il ne devrait pas y avoir de danger ici. La présence d'un officier harkonnen suffira à calmer les ardeurs de ceux qui voudraient causer du trouble. Gwenzai n'apprécie pas particulièrement les Harkonnens, mais il faut reconnaitre que ceux ci savent y faire pour assurer l'ordre par la carotte et le bâton. Et leurs fiefs sont en général des endroits où il trouve facilement du travail. Pour autant, il préfère garder ses distances avec l'officier.

Il y a dans la salle certaines personnalités qui tranchent avec l'humeur ambiante. Il remarque un jeune homme, à peine un adolescent. Son regard glisse sur lui sans s'arrêter. Il s'agit sans doute du jeune serviteur de l'un des convives, peut-être même le jouet de plaisir de l'officier. Il y a également cet homme près de la fontaine, dont la présence pose question. Il ne se mêle pas aux invités mais n'a pas les manières d'un serviteur. Gwenzai décide de ne pas y prendre garde pour le moment. Il veut avant tout se reposer. Repérant certaines connaissances, il les rejoint d'un pas nonchalant, empruntant en passant un verre à la belle serveuse. Le goute poison camouflé dans sa manche le rassure et il boit tranquillement.
« Modifié: juin 11, 2009, 04:24:37 pm par Fatman »
A quoi ça sert d'avoir autant de doigts si on peut même pas se gratter le cul ?" (Cha)

Le Condor aka Fatman

Hors ligne Arvelt

  • Animateurs/Modérateurs
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 118
  • "MJ, c'est pas pour Michael Jackson. OK?"
Re : Intro
« Réponse #8 le: juin 10, 2009, 11:01:43 am »



Alors que Seran et Elwood entament une conversation à la fois polie et discrète, S'tian sent un regard lourd peser sur lui. Instinctivement il tourne la tête vers l'homme adossé à la colonne. Les yeux de faucons le fixent intensément, et lui adressent un imperceptible signe, un aller-retour latéral.
"Ce n'est pas encore le moment"
Mais le moment de quoi ? Quelque chose se trame ici, mais le jeune adolescent ne parvient pas à mettre le doigt dessus. Toujours est-il que cet homme sait et voit des choses.

Gwenzai de son coté a retrouvé un groupe de marchands dont l'élégance des tenues n'a d'égale que la beauté des jeunes femmes qui les accompagnent. Mais peu de détails de ce genre lui échappant, il remarque rapidement que l'une d'entre elles dissimule sous sa robe une arme discrète. Un de ses "amis" est venu avec un garde du corps lui aussi. Ce genre de protection rapprochée ne déplairait pas au mercenaire, mais la présence d'autant de gens armés dans cette salle commence à l'inquieter.
« Modifié: juin 11, 2009, 04:07:12 pm par Kul walad »
"I do not kill. Nor does the blade I hold. We're just the same, both of us are tools. Tools wielded by the will of someone else. He is the one who kills. I'm not."

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Intro
« Réponse #9 le: juin 11, 2009, 02:40:49 pm »




Ayant entamé une discussion naïve avec le bretteur Seran, Elwood enregistre l'apparition de l'officier Harkonnen.

("Tiens, voilà une autre ressource, et une puissante, si toutefois elle survit à la vague de violence qui risque d'éclater")

Le jeune encapuchonné semble ne plus pouvoir tenir en place, là contre le mur, comme si l'introduction de la variable Harkonnen avait déclenchée un mécanisme lourd de conséquences... peut être faudrait-il à Elwood approcher l'officier avant qu'il ne soit trop tard... mais d'abord le paquet ! celui-ci avait un lien direct avec le marchand d'eau, son ami, et il lui fallait connaître les motivations marchandes du jeune émissaire.

" Alors mon cher Seran, cherchez-vous de l'eau ? On dit que sur Arrakis, même en creusant profond, les maigres nappes se tarissent aussitôt qu'elles sont exposées, l'eau semble fuir mystérieusement tout sourcier. Pourtant il y a des marchands qui en vendent... "
« Modifié: juin 11, 2009, 05:37:59 pm par ionah »

Hors ligne Arvelt

  • Animateurs/Modérateurs
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 118
  • "MJ, c'est pas pour Michael Jackson. OK?"
Re : Re : Intro
« Réponse #10 le: juin 16, 2009, 09:41:54 am »


@ Elwood

Alors que Seran t'adresse une réponse neutre, ta vision périphérique te signale l'approche des militaires. Ils ne vont apparemment faire que passer derriere toi. mais l'un d'eux heurte en passant la serveuse qui proposait quelques verres sur son plateau. Du vin d'épice se répand sur l'etoffe de ton vêtement. La jeune femme , confuse, se noie en excuses tout en essayant d'eponger le plus rapidement possible le gros des dégats.

"Pardon, Seigneur. Milles pardons...je suis si maladroite"

Mais il te faut retenir une expression de surprise quand tu sens que, en profitant des mouvement de son chiffon, elle glisse quelque chose dans ta poche de poitrine.
Elle éponge ensuite le sol et s'en va rapidement, sans t'adresser un regard.

@ S'Tian

Sans pouvoir te débarasser du sentiment d'être en permanence observé par cet homme, tu aperçois le Harkonnen qui se glisse jusqu'à un groupe de marchands ayant une discussion animée. Il est suivi par ses deux molosses, et en passant, l'un d'eux a bousculé la jeune serveuse, qui a malencontreusement renversé une partie du contenu des verres de son plateau sur l'homme à la canne.

@ Gwenzai

La discussion des marchands tourne à l'aigre : sous couvert de sourires polis, deux des hommes s'adressent des remarques sur leurs visions respectives des conditions commerciales imposées par les Harkonnens. En bref, le premier accuse le second de se prostituer auprès des agents du Baron. L'autre s'emporte, et c'est à ce moment que l'officier flanqué de ces deux gardes choisi d'apparaitre.

"He bien Messieurs, mes oreilles exercées n'ont pu s'empecher d'entendre évoquer le nom de ma Grande et Puissante Maison. Si vous vouliez me faire part du sijet du débat je serai ravi de vous apporter un point de vue éclairé"

Visiblement, le premier marchand, le sang échauffé par l'embryon du dispute, est sur le point de commettre l'equivalent d'un suicide social (au mieux) en disant le fond de sa pensée à ce Harkonnen...

« Modifié: juin 22, 2009, 09:29:18 am par Kul walad »
"I do not kill. Nor does the blade I hold. We're just the same, both of us are tools. Tools wielded by the will of someone else. He is the one who kills. I'm not."

Hors ligne Le Condor

  • Rakinou (3)
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 144
Re : Intro
« Réponse #11 le: juin 20, 2009, 05:33:05 pm »
L'ambiance a radicalement changé. Gwenzai, qui avait cru à une paisible réception entre gens éduqués, se retrouve au milieu de l'arène, entre des gladiateurs armés jusqu'aux dents et près à s'entre-déchirer. Seulement l'un des gladiateurs a les faveurs du Cesar, et l'autre n'a pas l'air de s'en rendre compte. Le mercenaire n'est pas du genre à s'impliquer dans ce qui ne le regarde pas, mais il n'a pas pour autant l'intention de laisser la violence s'installer dans la salle. D'autant qu'il est totalement désarmé.

Il prend le risque de répondre au Harkonnen, espérant que ses mots apaiseront l'humeur des convives.
"Noble officier, il semble que deux de nos amis aient un différent commercial et que l'un d'eux en conçoive une certaine amertume."
Il ajoute en appuyant le ton et en fixant le premier marchand, pour lui faire comprendre qu'il ferait mieux de se taire :
"Mais on quand on joue, il faut savoir perdre, n'est-ce pas ?"
A quoi ça sert d'avoir autant de doigts si on peut même pas se gratter le cul ?" (Cha)

Le Condor aka Fatman

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Intro
« Réponse #12 le: juin 21, 2009, 01:37:45 pm »





La veste nettoyée, le sol épongé et la ravissante jeune fille éloignée, Elwood regarda sont timide interlocuteur. Il lui fallait maintenant trouver un excuse pour quitter la table, du moins pouvoir découvrir tranquillement ce qui lui fut trivialement mais effectivement transmit. La trivialité parfois faisait des merveilles, c'était à lui maintenant de rentrer dans ce petit jeu :

"Mon cher Seran, il semble que ma physiologie m'oblige à momentanément prendre congé de notre palpitante discussion. Voyez, j'ai cru reconnaitre la porte conduisant au lieu d'aisance derrière ces arcades là-bas après le buffet. Je vous en prie, attendez moi un instant, et invitez de grâce une de ces beauté à partager notre conversation avant que je ne revienne. hmmm... Votre jeune âge vous aidera plus que le mien. Ah et surtout, ne perdez pas votre beau paquet..."

Le clin d'oeil exécuté, Elwood s'éloigna dans la direction indiquée. Qu'elle mena ou non au lieu dit lui était secondaire, il fit semblant de chercher. Une fois escamoté derrière un pilier, il découvrit ce qui se révéla bel et bien être un message. Ses yeux mécaniques lui permirent d'amplifier le texte inscrit sur le bout de parchemin


("Trop de Griffons dans la cage, les faucons risquent de s?énerver; autant s?éclipser de soi-même avant que l?ombre ne recouvre tout. Prendre un peu de hauteur pour mieux observer peut aussi protéger. On lit cela dans de nombreux codex.")

La marque du casque était un signe de confiance. "On" savait qu'il était là, "on" cherchait à lui faire éviter un grand danger, et "on" voulait le rencontrer. Le papier en fibre d'épice fondit sous sa langue, alors que Elwood se dirigeait vers les escaliers, et parvenu au premier étage, il demanda à un laquait en stationnement où se trouvait la bibliothèque. Arrivé devant la porte massive à deux battant après avoir parcourut quelques couloirs, il leva les yeux et lu l'inscription marquée au fronton : Cave ab homine unius libri . Une vieille mise en garde contre les hommes qui font reposer leur savoir et tirent vérité d'un seul livre unique.

Elwood poussa le battant droit, et pénétra dans la salle...
« Modifié: juin 21, 2009, 01:42:12 pm par ionah »

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #13 le: juin 21, 2009, 03:56:52 pm »





S'tian perçoit l'ambiance qui change lorsque l'officier harkonnen intervient auprès des deux marchands : de toute évidence, l'un des deux marchands a partie liée à la Maison qui gouverne Arrakis, ce qui signifie que l'autre risque de perdre gros. Sans doute de l'argent, peut-être son statut... voire même sa vie. L'endroit devient dangereux, d'autant plus qu'un homme vient s'imposer dans la discussion.
Le fou !
S'tian jette un bref coup d'oeil à l'homme au regard de faucon. L'impatience commence à le gagner. Le pressentiment, dans sa tête, devient plus fort. Il est à craindre que le sang ne coule avant la fin de la soirée. Cet homme sait pourquoi il a été invité à se joindre à cette bande d'adultes... Mais s'il n'est pas encore décidé à lui parler, alors, il n'est peut-être pas inutile d'essayer d'obtenir des informations par ses propres moyens. En restant isolé comme il le fait, il risque à terme d'attirer l'attention plus qu'il n'est souhaitable.
C'est soudain comme un souvenir dans sa tête, quelque chose qu'il a vu en rêve il y a de cela des mois - ou bien est-ce des années ? L'homme à la canne, dont la vêture a été nettoyée, se lève, et cet étrange souvenir rêvé semble dicter à S'tian un mouvement instinctif, si bien qu'il saisit par l'observation ce qu'il sait pourtant déjà sans savoir comment : la serveuse a glissé un billet dans la poche de cet homme lorsqu'elle lui est tombée dessus. L'homme à la canne le lit lorsqu'il passe derrière un pilier ; peu après, un mouvement de son bras permet à S'tian de comprendre que le message vient d'être avalé.
Un message. Un rendez-vous secret. C'est là que je pourrai obtenir plus d'informations.
S'tian se coule contre le mur et s'apprête à suivre l'homme à la canne.
« Modifié: juin 22, 2009, 10:39:58 am par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Arvelt

  • Animateurs/Modérateurs
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 118
  • "MJ, c'est pas pour Michael Jackson. OK?"
Re : Intro
« Réponse #14 le: juin 24, 2009, 02:55:42 pm »



@ Gwenzai :

Ton intervention opportune permet d'éviter l'incident. Néanmois ce n'est pas sans un grincement de dent que le marchand concerné salue poliment le Harkonnen avant de pretexter avoir aperçu un confrère pour s'éclipser. L'autre marchand fait rapidement de même et part de son coté. L'officier t'adresse un sourire inquiétant, trempe ses lèvres dans son verre et son regard étincelle en accord avec le griffons sur sa poitrine.

"Je sais qui vous êtes, te dit-il à mi-voix. Et je sais ce qui se trame ici. Les pions sont rassemblés. Mais il semble qu'il y ait davantage de couleurs que les ivoires et les ébènes... "

Il boit une nouvelle gorgée et ses yeux glissent fugitivement vers l'escalier menant à la rontonde où, un instant plus tot, tu as distraitement aperçu un homme d'age mûr qui gagnait l'étage.

@ La Bibliothèque :

La pièce est sombre. trop sombre. Comme si quelqu'un avait désactivé les lampes à suspenseurs. Une fois la porte refermée, le visiteur se trouve isolé du reste de la demeure par le silence qui règne en ces lieux. Ce silence propice à la concentration est toutefois troublé par un très léger son, humide et régulier.  Les ténèbres cependant ne gêne aucunement S'tian, et encore moins Elwood dont les yeux compensent d'eux même la luminosité déficiente. Par contre ils mettent un peu plus de temps à percevoir l'odeur métallique qui a envahi la pièce. Et lorsqu'ils atteignent le centre de la bibliothèque, un espace dégagé entre les rayonnages de bobines et de vieux ouvrages, ils ne manauent rien du sinistre spectacle qui s'offre à eux : Suspendu au plafond par des liens de shigavrille, le corps nu et mutilé de Chuuk repand sous lui une large flaque de sang, dans laquelle des gouttes continuent de tomber, se détachant une par une de la pointe de son pied droit, issues des multiples rivières écarlates qui parcourent ses membres.

"I do not kill. Nor does the blade I hold. We're just the same, both of us are tools. Tools wielded by the will of someone else. He is the one who kills. I'm not."

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #15 le: juin 24, 2009, 05:30:18 pm »





S'tian suit de loin l'homme à la canne qui s'avance dans la bibliothèque obscure. Il entend un bruit de guttation : de toute évidence, l'homme à la canne (duquel il se dissimule avec soin) l'a entendu lui aussi, car il avance dans la bibliothèque en se guidant sur le son presque imperceptible. S'tian continue à le suivre, toujours hanté par le pressentiment désagréable. Mais arrivé non loin du centre de la bibliothèque, il constate que l'homme qu'il suit marque un arrêt brusque. Alors, il remarque le spectacle et s'arrête lui aussi.
S'tian a déjà vu la mort, sur Salusa Secundus et depuis, ne serait-ce que pour l'avoir donnée à maintes reprises. Cependant, il est peu fréquent de rencontrer des cadavres mutilés à ce point. S'tian n'a pas non plus l'habitude de voir ses commanditaires massacrés avec une telle sauvagerie : en général, les personnalités qui louent son talent sont protégées par de véritables armées privées.
Là, quelqu'un veut faire passer un message à quelqu'un d'autre... Mais quel message ? Et à qui ?
Un frisson naît dans son dos. Il est clair que quelque chose a mal tourné...
Et si ce n'était pas monsieur Chuuk qui m'avait convoqué ici ?
Cette fois-ci, le frisson se prolonge.
L'homme à la canne semble perdu dans ses pensées devant le cadavre. S'tian hésite. Peut-être a-t-il été appelé ici pour tuer cet homme pendant son moment de stupeur ?
Non. Je n'ai pas eu de contrat. Tuer cet inconnu pourrait me valoir des ennuis.
Alors, faut-il repartir par le chemin le plus rapide ? Peut-être aller retrouver l'homme aux yeux de faucon, exiger de lui des réponses ?
Non plus. La Grande Mère seule sait qui attend là en bas, maintenant.
Les réflexions de S'tian ne durent pas plus d'une fraction de seconde : il se décide et choisit de se révéler à l'homme à la canne. Il s'avance alors en renonçant à sa discrétion appuyée, mais se tenant prêt à réagir au cas où l'autre l'agresserait.
"Bonsoir, monsieur. On dirait qu'on a un problème. Vous étiez venu voir monsieur Chuuk vous aussi ?"
« Modifié: juin 24, 2009, 06:45:23 pm par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Intro
« Réponse #16 le: juin 25, 2009, 08:30:34 pm »






Le corps de son ami pendait pitoyablement telle une marionnette dont les fils aurait raison d'elle... peut être du fait du marionnettiste... Les effets de la shigavrille étaient irrémédiables, au plus la victime se débattait au plus les liens coupants se resserrés... atroce. Vouloir détacher Chuuk et descendre son corps s'avérerait délicat, de toute façon le diagnostique vital n'était plus en jeux, il était fait.

("Il semble que les Harkonnen (ou pire) soient déjà passé par là.. ces mêmes personnes savaient elles que je venais ?... est-ce un piège ou un avertissement ? ou bien suis je simplement au mauvais endroit au mauvais moment ? (comme souvent)... bon je dois me bouger de là sinon ...")

une voie flutée vint à ses oreille

"Bonsoir, monsieur. On dirait qu'on a un problème. Vous étiez venu voir monsieur Chuuk vous aussi ?"

légèrement surpris

"On ?"

Faisant glisser ses yeux métallique vers le point d'où provenait la voie juvénile, Elwood découvrit en effet un ... "enfant", ou du moins un être frêle et pâlichon qui en faisait un fantôme dans ce théâtre de mort. Il le reconnut, c'était cet "intrus" dans l'assemblée d'adultes encore occupée à se divertir autour de l'atrium, en bas, avant que la tempête de violence ne s'y répande aussi.

(" C'est cela oui... nous avons un enfant, un cadavre et un problème. l'enfant est plus que ce qui n'y parait, devant telle boucherie, à cet âge on réagit autrement. il a vu au moins aussi gore. il a un soucis avec le fait que Chuuk soit pendu là-haut, il avait donc une affaire avec lui - rien de pervers, je connais les travers de ce marchand d'eau et celui-ci n'en fait pas partie. probablement un enfant-tueur, en bas il attendait des ordres qui ne sont jamais arrivés, et pour cause, le commanditaire n'avait pu les transmettre. la variable Chuuk s'étant révélé être une constante "cadavre" demeurait l'inconnue de cette soirée : le problème")

Elwood fit, presque nonchalant, un tour sur lui-même comme pour mieux embrasser du regard l'étendue de la merde dans laquelle il s'était fourré, et si la mort ne surgissait pas par la même porte très bientôt, il aurait encore beaucoup de désagréments à voir venir. "Monsieur Chuuk" n'était plus une ressource exploitable, et dans ce contexte nouveau (et changeant) de nouvelles étaient nécessaires, un bon levier pour faire basculer la situation s'imposait. Considérant "l'enfant" il dit:

"Peut être pas un problème de même nature, mais je vois que tu sembles être sur ta déconvenue, donc si tu as toujours quelque chose à vendre, je peux considérer son achat"

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #17 le: juin 25, 2009, 09:56:04 pm »





S'tian éprouve de nouveau ce frisson lorsque les yeux métalliques de l'homme à la canne se posent sur lui pour le regarder. Peut-on même parler de regard au sujet de ces prothèses ? L'homme le fixe un moment, comme perdu dans ses pensées, puis prend la parole.
"Peut être pas un problème de même nature, mais je vois que tu sembles être sur ta déconvenue, donc si tu as toujours quelque chose à vendre, je peux considérer son achat"
S'tian fronce les sourcils.
(Acheter ? Vendre ? Un autre marchand ? Un problème pas de la même nature ? Non mais, il sait qu'on est en danger de mort ?)
Il s'abstient cependant de crier après l'homme à la canne. Une idée a germé dans sa tête pendant que l'autre le fixait : peut-être va-t-il pouvoir sortir de la maison de Chuuk sans repasser par la salle de banquet. Mais pour cela, l'aide de l'adulte va lui être indispensable.
"Je vends mes services... Là ce soir, je suis tombé sur un mauvais plan. Comme vous monsieur, je pense... Je peux vous montrer une issue de secours, mais ça ne sera pas gratuit..."
L'homme intrigué se tait, donc, S'tian ajoute :
"Je connais un peu la maison de monsieur Chuuk. Pas loin, à cet étage, il y a une fenêtre avec une ruelle juste en dessous. On peut sortir par là. Je vous montre où c'est, en échange, vous me faites grimper jusqu'à la fenêtre... Je suis trop petit pour l'atteindre tout seul."



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Le Condor

  • Rakinou (3)
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 144
Re : Intro
« Réponse #18 le: juin 26, 2009, 04:40:46 am »
:jdr-gwenzai:

Gwenzai aurait aimé pouvoir se satisfaire d'avoir désamorcé un dispute aux lourdes conséquences, cependant il en pait le prix fort. L'officier harkonnen l'aura à présent à l'oeil, et chacun sait que ces vampires détestent toute idée de travail clandestin sur lequel ils ne pourraient exercer leur taxe. La vie et le travail du mercenaire deviendront impossibles à court terme. La dernière chose qu'il désirait en venant ici, c'était de se griller durablement sur toute la planète.

Autre chose travaille l'esprit de Gwenzai. Les paroles énigmatiques du Harkonnen ont résonné étrangement, comme une confidence ou un aveu échappé. Surtout, son regard fuyant vers un escalier ne lui a pas échappé. Ce Harkonnen tente-t-il de lui transmettre un message ? Quelque chose se trame ici, et bien qu'il n'entende rien à cette histoire de couleurs pour l'instant, Gwenzai ne peut détourner son propre regard de l'escalier. Il sent là quelque chose de louche qu'il veut éclaircir. D'ailleurs, le groupe qu'il fréquentait s'est dispersé après l'accrochage verbal et il se trouve seul. Le fait qu'il s'éclipse passera sans doute inaperçu, pour peu qu'il prenne soin d'être naturel.

Comme si cela allait de soi, Gwenzai gravit donc l'escalier, adoptant une démarche assurée. Cependant tous ses sens sont en éveil. Il a vu deux personnes monter, dont ce gamin. Il a put constater au passage qu'il ne s'agit certainement pas d'un serviteur ou d'un jouet sexuel. Retournant cette nouvelle question dans sa tête, il arrive au sommet. Il pose délicatement la main sur la poignée, essayant de l'ouvrir en minimisant le souffle et le bruit. Cela ne suffit pas : il prend en plein nez une exhalaison sinistre. Il y a du sang derrière cette porte. Beaucoup de sang. Gwenzai se fige un instant.

Il se décide finalement à entrer et découvre assez vite le corps mutilé. Alors qu'il se trouve encore dans l'encadrement de la porte, se découpant dans la lumière alors que la pièce baigne dans l'ombre, il prend conscience de sa vulnérabilité et referme prestement la porte. Les deux personnes qu'il a vu monter sont là, le vieil homme et l'enfant. Tout deux semblaient en pleins conciliabules. Le silence qui accompagne son arrivée l'incite à parler.

"Ce n'est pas vous qui avez tué cet homme, n'est-ce-pas ? Vous n'auriez pas eu le temps."

Son esprit réfléchit à toute vitesse. Alignant et réorganisant les éléments, une évidence lui apparaît. Ce lieu serait parfait pour une souricière, pour un piège. Le Harkonnen affirmait savoir. Est-ce lui le meurtrier ? Cela ressemble à leurs méthodes...

"Si vous vous connaissez des ennemis ici, alors je crains qu'ils aient trouvé comment vous atteindre. Nous devons partir le plus vite possible."

PS : je serai absent jusqu'au 20 juillet. Je vous propose de mettre Gwenzai en "pilote automatique", joué par Kul Walad.
A quoi ça sert d'avoir autant de doigts si on peut même pas se gratter le cul ?" (Cha)

Le Condor aka Fatman

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Intro
« Réponse #19 le: juin 27, 2009, 01:51:48 pm »





Elwood considère avec une certaine surprise le nouveau protagoniste et s'adresse à l'enfant.

"Dis, gamin, tu connais l'histoire du fou qui court en rond autour d'un trou en criant "2... 2... 2... 2... 2...", arrive alors un autre fou qui, intrigué par le manège, s'approche , se penche au-dessus du trou et bascule dedans... le premier fou se met alors à crier "3... 3... 3... 3... 3..." ?? "

Il étouffe à peine son ricanement ironique. Alors il reconsidéra les propos du jeune garçon. Mais la proposition du gamin ne l'enchante pas des masses : grimper à un fenestrou pour ensuite sauter en contre bas dans une ruelle, c'est très séduisant, très tourné vers l'action, malheureusement ce n'est plus de son âge. Toutefois, il note mentalement la rapidité et la précision avec laquelle ce dernier est arrivé avec un plan : une ressource précieuse à garder prêt de soi.

("Lui, je dois faire en sorte qu'il me reste lié d'une quelconque façon... Donc aussi faire en sorte qu'il échappe d'ici.")

Il se tourne à nouveau vers le 3ième fou, qui alors prend à ses yeux l'allure d'une nouvelle ressource : aspect mûr et réfléchi, bien habillé, et malgré son entrée quasi-théâtrale semble plutôt prudent.

"Alors partant sur l'hypothèse que nous n'ayons pas tué cet homme, que nous nous connaissions des ennemis et que ceux-ci cherchent à nous coincer, que proposez vous, cher nouveau compagnon de mésaventure, pour nous sortir d'ici ?"
« Modifié: juin 27, 2009, 02:07:28 pm par ionah »

Hors ligne Arvelt

  • Animateurs/Modérateurs
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 118
  • "MJ, c'est pas pour Michael Jackson. OK?"
Re : Intro
« Réponse #20 le: juillet 01, 2009, 10:28:34 am »
:jdr-mdj:

les quatre personnes, dont une irrémédiablement coite, rassemblées dans la bibliothèque en sont toujours à s'interroger sur le positionnement stratégique à adopter les uns vis à vis des autres. (sauf Chuuk qui ne s'interroge plus du tout non plus). Il est clair cependant qu'il ne peuvent s'éterniser ici. Mais une retraite expéditive sera immanquablement remarquée par l'un ou l'autre des convives restés en bas. Peut-être l'un d'eux, qui sait ? le Harkonnen ? L'étranger à l'attitude de professionnel de la sécurité ? montera-t-il à leur recherche, découvrira le corps, et fera un lien rapide et évident...

Mais d'un autre coté, s'ils regagnent la salle comment pourront-ils échapper aux soupçons de la foule quand quelqu'un, inquiet de l'absence de l'hôte, criera au meurtre.

Elwood particulièrement s'interroge : Pourquoi ce message pour l'attirer dans cette pièce ? Qui a bien pu tenir à ce qu'il assiste à ce sinistre spectacle ? et pour en tirer quel profit ?

Le salut sera-t-il dans la fuite ou dans le mensonge? une chose est certaine cependant, aussi peu judicieuse que soit une telle image sur Arrakis : ils sont dans le même bateau.
"I do not kill. Nor does the blade I hold. We're just the same, both of us are tools. Tools wielded by the will of someone else. He is the one who kills. I'm not."

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #21 le: juillet 03, 2009, 07:05:28 pm »





Avant que l'homme à la canne n'ait eu le temps de répondre à sa proposition, un troisième larron entre dans la bibliothèque, considère le spectacle macabre et semble prendre conscience à son tour de la dangerosité de la situation... S'tian reconnaît l'homme qui a désamorcé le conflit entre les deux marchands et où l'officier harkonnen venait d'intervenir.
"Ce n'est pas vous qui avez tué cet homme, n'est-ce-pas ? Vous n'auriez pas eu le temps. Si vous vous connaissez des ennemis ici, alors je crains qu'ils aient trouvé comment vous atteindre. Nous devons partir le plus vite possible."
Ce que dit le nouvel arrivant n'apporte rien de neuf, tout compte fait. S'tian hausse les épaules et reporte son attention sur l'homme à la canne qui vient de reprendre la parole :
:elwood: "Dis, gamin, tu connais l'histoire du fou qui court en rond autour d'un trou en criant "2... 2... 2... 2... 2...", arrive alors un autre fou qui, intrigué par le manège, s'approche , se penche au-dessus du trou et bascule dedans... le premier fou se met alors à crier "3... 3... 3... 3... 3..." ?? "
Sur ce, l'homme à la canne étouffe un petit rire. S'tian se hérisse.
:stian: (Il se moque de moi !)
Il est clair en effet que son interlocuteur traite par le mépris sa proposition. Il songe un instant à dégainer son couteau et à rajouter un cadavre dans l'équation : peut-être pourrait-il, de la sorte, contraindre par la peur le nouvel arrivant à coopérer ?
:stian: (Non.)
C'est trop dangereux d'attaquer quelqu'un à découvert lorsque l'on ne connaît pas son potentiel, et lorsqu'un autre potentiel inconnu, au positionnement incertain, se trouve dans la même pièce... Et puis, cet homme venait rencontrer Chuuk. Dans l'hypothèse où c'est bien le marchand d'eau qui les a convoqués tous les deux, il est clair qu'un plan les impliquant tous les deux était prévu pour la suite des événements. Donc, même si quelque chose ne s'est pas produit comme Chuuk le souhaitait, il doit bien en rester quelque chose. Quelque chose à découvrir.
Reste la question du troisième larron, que l'homme à la canne vient d'interroger sans que S'tian, tout à ses réflexions, n'y ait trop prêté attention. Mais pour la résoudre, encore faudra-t-il sortir de là... C'est pourquoi S'tian reprend la parole avant même que le nouveau venu n'ait pu répondre au questionnement de l'homme à la canne.
:stian: "D'accord, monsieur. Mon plan ne vous plaît pas, c'est votre droit, mais vous avez de la chance, j'en ai un autre à vendre. Pas aussi bon que l'autre mais il peut nous permettre de sortir d'ici vu que ça pue la mort."
Il marque un temps d'arrêt, jette un coup d'oeil au troisième larron pour lui faire comprendre que sa proposition le concerne aussi, puis reprend :
:stian: "Il y a une cour un peu plus loin, avec le garage de l'orni de monsieur Chuuk. Si l'un de vous deux sait piloter un orni, ça peut le faire. Le prix est le même que pour le plan de la fenêtre : je vous conduis à l'orni, vous me faites sortir de là."
S'tian se souvient soudain d'une occasion où Chuuk l'a emmené à bord de son ornithoptère. Il revoit bien la boîte à gants où le marchand d'eau dissimulait un pistolet maula : s'il n'a pas été retiré depuis, l'arme pourra lui être utile dans la suite des événements.
Il se campe sur ses jambes, pose les mains sur ses hanches et déclare en imitant la posture ferme de Chuuk :
:stian: "C'est à prendre ou à laisser !"
« Modifié: juillet 03, 2009, 07:21:05 pm par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Intro
« Réponse #22 le: juillet 03, 2009, 11:04:20 pm »
:jdr-elwood:

:elwood:


:elwood: "une promenade dans les airs, durant une nuit sans lunes cela peut s'avérer être une solution élégante et discrète. et cela convient mieux à mes vieux os, tu sais petit, à mon âge, on se ménage, mais pour un tour en manège aérien, il n'y a pas de limite d'âge... bon tu peux ouvrir la marche, je te suis comme je peux... mais merci de bien vouloir me laisser la place du pilote !"

La chute abrupte du troisième comparse dans le trou aux fous avait fait accroitre le nombre compagnon dans cette nouvelle communauté de Chuuk dont le seul lien pour le moment était d'être les premiers témoins oculaires de la dépouille mortelle du marchand d'eau, une alliance objective fondée sur la seule nécessité de fuir...

:elwood: ("Jusqu'à quand, jusqu'où cela peu-il fonctionner ? Le jeune n'a pas l'air commode, plutôt froid et calculateur, précautionneux. Je vais l'amener là où il veut, c'est toujours autant d'appris sur lui et ce la peut se révéler être comme un bon plan B en remplacement de soir...")

lors de ses nombreux baroudages commerciaux, Elwood s'était plusieurs fois confronté à des situations dans lesquels les dépendances étaient simplement trop fortes, on ne peut toujours et continuellement lutter contre tout et tous. il avait appris à s'en remettre au bon vouloir de la situation, à suivre le flot des évènements afin d'en saisir leur véritable nature, à sentir les vagues pour garder l'équilibre sur le fils du rasoir du risque, de l'opportunité, du danger. Il pensait que certainement, on chercherait à les poursuivre, ce qui était une bonne méthode pour en apprendre davantage sur les poursuivants, certainement étroitement liés à ce meurtre.

faisant mine de vouloir se diriger vers la porte d'entrée de la Bibliothèque

:elwood: "Vois tu, enfant-qui-n'en-est-plus-un, nous partageons le même secret et bientôt nous serons dans la même galère, euh orni je veux dire. Comme tu as l'air décidé, je vais te faire confiance, car j'aime bien les forces de propositions. À l'arrivée nous serons peut-être quitte, voire davantage."

marquant une pose, il pointe du doigt la direction dans laquelle il se dirigeait, et, l'air faussement interrogatif :

:elwood: "C'est bien par là ? non ?"

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #23 le: juillet 04, 2009, 07:00:47 pm »





S'tian a beau être satisfait de voir son offre acceptée, il reste méfiant. Quand l'homme à la canne essaie de lui soutirer une indication avec fort peu de subtilité, il se contente de hausser les épaules.
:stian: "Suivez-moi, plutôt. Vous ne trouveriez pas sans mon aide. C'est un vrai labyrinthe ici, chef !"
Il amorce un mouvement vers le fond de la bibliothèque, à l'opposé de la porte par laquelle ils sont tous entrés. Ce pas qu'il accomplit semble alléger la masse qui pèse sur sa poitrine, comme s'il prenait la seule bonne décision à prendre.
Il se ravise soudain et se tourne vers le troisième larron resté silencieux. Lui aussi avait dû être convoqué par Chuuk... Mais pourquoi ? Faisait-il partie du plan ? Quel était son rôle ?
:stian: (S'il reste, il meurt ou il nous vend. Peut-être les deux. S'il vient avec nous, je pourrai savoir pourquoi monsieur Chuuk a voulu que je vienne... et je serai sûr qu'il ne nous vendra pas. Donc, il vient.)
S'tian se décide et reprend la parole :
:stian: "Venez avec nous, monsieur, mais ne faites pas le malin, ne nous faites pas repérer. Sinon, je vous tuerai."
Sur ces mots, il contourne le cadavre de Chuuk, et guide les deux adultes vers une porte en partie masquée par des rayonnages.



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne Arvelt

  • Animateurs/Modérateurs
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 118
  • "MJ, c'est pas pour Michael Jackson. OK?"
Re : Re : Intro
« Réponse #24 le: juillet 06, 2009, 11:04:08 am »
:jdr-mdj:

Gwenzai, un petit sourire aux lèvres, lève les mains en signe d'abdication et emboite le pas aux deux autres. Il sent peser sur lui le regard de l'enfant. Au fond, tout celà ne l'impressionne pas vraiment. Il a, au cours de sa vie, à la fois comtemplé des spectacles bien plus sinistres, et rencontré des personnes bien plus redoutables qu'elles n'en avaient l'air. Il reconnait évidemment la nécessité d'une fuite. Il regrettera son manteau abandonné sur une pathère dans le grand hall, mais celà est infinimment préférable aux geôles du Baron.

Ils empruntent donc un couloir à demi éclairé, par des brilleurs largement espacés. De nombreuses portes, donnant pour la plupart sur des petites pièces, bureaux, chambres, salons, sont diposées à intervalles réguliers. étrangement, rien ne semble bouger dans cette partie de la maison.
S'tian n'a pas menti, les couloirs de la grande demeure du marchand d'eau forment un véritable labyrinthe. Bientôt il leur faut descendre le long d'un étroit escalier, et une nouvelle enfilade de couloirs déserts et sombres plus tard, les oreilles exercées de l'enfant sardaukar perçoivent un sifflement caractéristique. Il lève le bras et intime à ses compagnons l'ordre de s'arreter.

"Ne bougez pas !" dit-il, les dents serrées.

Un moment d'interrogation plus tard, les yeux tleilaxu d'Elwood font le point sur l'objet de l'inquiétude de S'tian : Un chercheur-tueur flotte dans l'étroit couloir à quelques dizaines de pas d'eux. Ils ne doivent leur salut qu'à l'obscurité ambiante...  
« Modifié: juillet 13, 2009, 12:06:29 pm par Arvelt »
"I do not kill. Nor does the blade I hold. We're just the same, both of us are tools. Tools wielded by the will of someone else. He is the one who kills. I'm not."

En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #25 le: juillet 06, 2009, 12:37:36 pm »





S'tian sent ses entrailles se nouer à la vision du chercheur-tueur qui flotte à hauteur de ses yeux, à dix pas devant lui. Le mortel engin semble patrouiller avec paresse sur leur chemin.
Pshhhht....
:stian: (C'est pas vrai ! J'aurais dû insister pour la fenêtre...)
Il connait bien les chercheurs-tueurs, que les instructeurs sardaukar utilisent parfois pendant l'entraînement. Plusieurs de ses compagnons du temps jadis, sur Salusa Secundus, en sont morts. S'tian quant à lui en a déjà vaincu deux. Des versions automatisées, sans doute au bord de la légalité au regard du Jihad Butlérien, mais malgré tout assez peu efficaces pour que des enfants âgés d'à peine dix ans puissent les vaincre.
Là, il faut sans doute redouter le pire. Soit le chercheur-tueur dispose d'un véritable cerveau électronique - le genre d'accessoire proscrit par le Jihad mais qu'il est néanmoins possible d'acheter à condition d'y mettre le prix - soit un opérateur les guette quelque part. Dans les deux cas, il ne s'agira pas d'une simple machine et il faut s'attendre à ce qu'elle s'adapte à leurs réactions. La pénombre pourra lui permettre de rattraper certaines erreurs, mais pas toutes.
En d'autres termes, s'il ne parvient pas à le vaincre lors du premier essai, il sera beaucoup plus difficile d'y arriver lors du deuxième. Et encore plus lors du troisième.
Tout à ses réflexions, S'tian évalue les données à sa disposition.
:stian: (Le couteau ne sert à rien, la cotte de mailles ne le piègera qu'une fois... Pas de jet d'eau pour le court-circuiter... Alors il faut le casser de telle sorte qu'il ne s'auto-répare pas.)
Les deux autres se sont figés à son ordre. De toute évidence, l'homme à la canne a saisi le danger qu'il doit mieux voir que lui grâce à ses yeux métalliques. Une idée lui vient. Il se laisse glisser, avec lenteur, d'un pas en arrière. Le chercheur-tueur semble frémir pour s'orienter dans sa direction, mais il a déjà repris son immobilité de statue, aux côtés de l'homme aux yeux tleilaxu. La machine reprend sa patrouille. S'tian souffle alors entre ses dents :
:stian: "La canne, elle pèse moins de cinq kilos ?"
« Modifié: juillet 06, 2009, 01:05:19 pm par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Intro
« Réponse #26 le: juillet 08, 2009, 07:47:47 pm »
:jdr-elwood:

:elwood:


:elwood: ("hmmm quelle sale bestiole...")

Découvrant l'espèce d'insecte volant mécanique grâce à la vision amplifiée des ses membres oculaires synthétiques, Elwood frémit imperceptiblement. Ce genre d'engin ne s'utilise que pour des missions d'assassinat, l'opérateur les avait attendus au tournant.

:elwood: ("hmmm aurait-il était préférable de sauter par le fenestrou... ?")

Le genre de regret, de question de désespoir qui renforçait l'idée qu'un mauvais choix avait été fait, alors que à la fois tout et rien indiquait qu'un brûleur de pierre les attendait dans la ruelle en contre bas.

:elwood: "Franchement, une canne de 5kg en Terra-Standard à 0,95G-Newton, cela me serait plus une charge qu'un aide... Toujours est-il que, si tu esquintes ma canne, j'en serais tout attristé..."

Elwood tendit lentement la perche à l'enfant se demandant à quel genre d'acrobaties ce dernier aller se livrer afin de les débarrasser du chercheur-tueur.


En ligne Anudar

  • Scribe Arkhonte
  • Équipe Dune SF
  • Navigateur
  • *
  • Messages: 1589
    • La Grande Bibliothèque d'Anudar
Re : Intro
« Réponse #27 le: juillet 08, 2009, 08:46:30 pm »





:elwood: "Franchement, une canne de 5kg en Terra-Standard à 0,95G-Newton, cela me serait plus une charge qu'un aide... Toujours est-il que, si tu esquintes ma canne, j'en serais tout attristé..."
S'tian tend sa main droite vers l'arrière, dissimulant de son corps immobile le mouvement. Le bois lourd arrive au contact de sa paume et il referme ses doigts dessus.
:stian: (C'est ça, oui, je vais m'en souvenir... Il est à la masse ou quoi ?)
Il retient le haussement d'épaules qui serait fatal. Il n'a pas encore réussi à comprendre si l'homme à la canne fait de l'humour ou s'il est sérieux.
Il tient à présent la canne bien en main, le dos de sa main tourné vers l'avant. Les deux adultes se trouvent de part et d'autre de lui, en arrière. Devant, le chercheur-tueur continue sa patrouille. La clé de la victoire contre ce genre de piquant obstacle, c'est la rapidité associée à la force. La canne pèse lourd, presque trop pour que ses mouvements soient assez rapides, mais il n'y a pas le choix. Il calcule avec soin l'exécution du geste nécessaire tout en surveillant le parcours du chercheur-tueur. Ainsi s'écoulent de longs instants cependant que la tension monte.
Pshhhht...
Il s'élance soudain, balançant son épaule droite vers l'avant dans un geste qui annonce l'ensemble de son assaut. Le chercheur-tueur s'oriente vers lui et bondit, accompagné d'un sifflement rageur. S'tian fait pivoter son bras vers l'avant, sa main agissant comme le bras de levier de la lourde canne. C'est le moment crucial : si elle lui échappe ou s'il ne parvient pas à lui imprimer un mouvement assez rapide, ses chances de s'en tirer seront plus que réduites.
L'extrémité de la canne tournoie et frappe à une vitesse prodigieuse le chercheur-tueur qui est projeté, tourbillonnant, sur la paroi de gauche qu'il heurte, avant de tomber vers le bas et le centre du couloir. S'tian donne un violent coup de reins pour s'équilibrer, projetant la lourde canne du haut vers le bas face à lui. Le chercheur-tueur, pris entre le sol et la pointe de la canne qui l'écrase avec toute la force d'un bélier, se disloque en deux morceaux, la pointe d'un côté, le bloc suspenseur de l'autre.
:stian: "Ombre et cendres !"
Après avoir proféré ces mots à voix basse, S'tian ramène la canne vers l'arrière d'un geste vif. Il passe son avant-bras sur son front où perle la transpiration. L'ensemble de l'action n'a pas duré plus de quelques secondes mais il se sent épuisé. Il espère que leur route ne contiendra pas d'autres surprises telles que celle-ci, car manipuler des outils peu adéquats en situation de tension nerveuse aurait sans doute raison de sa résistance bien trop vite.
:stian: "Votre canne, chef."
Il rend l'accessoire avec distraction car il ne veut pas commettre une erreur de débutant. Avançant son pied d'un centimètre en direction du chercheur-tueur brisé, il voit que la pointe frémit dans sa direction. Un petit sourire apparaît alors sur ses lèvres, à son seul bénéfice car les deux adultes sont toujours immobiles derrière lui. Leur faisant signe de ne pas bouger, il fait avec prudence deux pas en avant, juste ce qu'il faut pour être à la bonne distance de sa cible. Les chercheurs-tueurs disposent parfois d'un bloc suspenseur de secours à proximité de la pointe, le genre de piège dans le piège permettant de venir à bout de victimes méfiantes mais pas assez. Il n'a pas l'intention de se faire avoir.
S'tian ouvre ses vêtements et urine sur le chercheur-tueur. Son compagnon de gauche (le troisième larron) semble émettre un bruit surpris, mais dans la flaque qui s'agrandit, des éclairs miniatures apparaissent à la pointe de l'appareil brisé, illuminant le couloir obscur d'une clarté passagère. Le phénomène s'arrête presque aussitôt : cette fois-ci, le chercheur-tueur est bel et bien vaincu.
S'tian referme ses vêtements et annonce, en faisant un geste de sa main droite :
:stian: "Maintenant, on y va."
« Modifié: juillet 08, 2009, 10:45:20 pm par Anudar »



« Nos pères et nos mères ont commis l'ubris et ne sont plus,
Et nous portons maintenant le poids de leurs iniquités. »

Anonyme, Péan de l'Intégration.

Hors ligne ionah

  • Monkey Ier
  • Équipe Dune SF
  • Bashar suprême
  • *
  • Messages: 2350
  • you love the monkey
    • Spice Must Flow !
Re : Intro
« Réponse #28 le: juillet 08, 2009, 10:57:30 pm »
:jdr-elwood:

:elwood:


Reprenant possession de sa canne, Elwood chercha sous la paume de ses mains, dans le bois du manche, la marque laissée par celles de l'enfant sous l'effet du cogitropisme qui, dans les quelques secondes profondément intenses en concentration, avait déformé - légèrement - sa surface. En effet, la canne étant taillée dans du Bois-Brouillard, du pur Bradford Mountain, le bois avait réagit sous la forte pression combinée physique et psychique. Elwood y lu la force de vie, le désir de vérité et la marque de la violence derrière une technicité, une discipline et une détermination sans faille.

:elwood: ("D'où vient-il cet enfant que l'on n'a pas laissé grandir comme les autres?")

Celui-ci pissait maintenant abondamment sur l'engin, provocant son électrocution par noyade. Quelque part, un geste qui montrait que l'enfant en restait un sous certains aspects. D'autre part, un geste quelque peu inconsidéré ici, sur Arrakis, la planète des sables, où l'eau était une ressources si précieuse... en espérant que ces 10cl ne serait pas à regretter plus tard.

Examinant plus loin le corps de la canne, Elwood grimaça doublement lorsqu'il sentit sous ses doigts, d'une part, la trace de l'impact avec le chercheur-tueur et, d'autre part, la marque du cogitropisme laissé par l'engin, preuve que sa conception enfreignait de très loin les règlementations du Jihad.

:elwood: ("une machine pensante ? l'un de nous doit représenter une menace sérieuse à certains intérêts...")

Ce deuxième incident ne rassurait guère Elwood, qui sentait la pente du destin s'accentuer sous le poids des évènements récents. il fallait contre-balancer cela avant que cette escapade ne l'éloigne trop de son objectif initial; des détours certes encore fussent-ils productifs !

:elwood: "En avant éclaireur, montre nous une voie sans objets à détruire à coup de canne !"
« Modifié: juillet 09, 2009, 02:19:19 pm par ionah »

Hors ligne Arvelt

  • Animateurs/Modérateurs
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 118
  • "MJ, c'est pas pour Michael Jackson. OK?"
Re : Intro
« Réponse #29 le: juillet 10, 2009, 10:51:14 am »

:jdr-mdj:

Guidés par S'tian, ils poursuivent leur chemin dans les couloirs de la demeure. Ils ont presque atteint leur objectif, le hangar a moitié enfoncé dans le sol où se trouve l'orni privé de feu Messire Chuuk, quand Gwenzai, passant à coté d'une des fines fenêtres leur signale :

"Il y a du mouvement dehors, et ce n'est guère réjouissant si le peu que j'aperçois est bien ce que je pense..."

En effet, des troupes Harkonnens sont en train de se masser autour du bâtiment, dans les rues et places attenantes, et ce dans le plus grand silence. Pourtant aucun cri d'alarme n'a encore retenti dans la maison.

A peine cette pensée leur a-t-elle traversé l'esprit qu'un cri, aigu et désespéré leur parvient malgré la distance.

L'echange d'un regard leur suffit pour comprendre qu'il vaut mieux ne pas trainer. Ils pressent le pas et un escalier plus tard, déboulent dans le hangar par une porte de service. L'éclairage est partiel, mais suffisant pour distinguer la silhouette de l'orni. La commande permettant l'ouverture du toit se trouve de l'autre coté de la salle, au delà de l'appareil. Et autour de ce dernier, trois hommes aux tenues passe-partout montent la garde...Apparemment ils n'ont pas remarqué leur entrée, grâce a un empilement de caisses complice. Mais il s'agit peut-être d'une ruse...

 
« Modifié: juillet 13, 2009, 12:06:56 pm par Arvelt »
"I do not kill. Nor does the blade I hold. We're just the same, both of us are tools. Tools wielded by the will of someone else. He is the one who kills. I'm not."