Auteur Sujet: Franck Herbert et les "fins"  (Lu 3969 fois)

Hors ligne Le Condor

  • Rakinou (3)
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 144
Franck Herbert et les "fins"
« le: août 19, 2007, 11:02:40 pm »
Salut a tous.

j'ai une remarque qui me trotte en tete : Franck Herbert aurait il quelque chose contre les fins qui s'éternisent ? Quelque soit le livre auquel je pense, je n'arrive pas a trouver un seul de ses romans, et meme de ses nouvelles, ou il a pris la peine de développer une fin sur plusieurs chapitres. Au contraire, il arrive fréquemment qu'on passe tres rapidement d'une péripétie a une situation finale, et finalement aux lettres FIN (pour reprendre le vocabulaire de mes profs de francais d'antan). Ca donne l'impression d'un freinage d'urgence de l'histoire, arrivée devant un obstacle.

Cela n'enleve cependant rien au spéctaculaire de ces fins, qui sont souvent détonnantes. Mais ca me donne l'impression que Franck Herbert se fiche de ce qui peut se passer pour ses personnages une fois le roman terminé : cela est l'affaire de l'imagination du lecteur. Les conséquences meme de la situation finale sont le plus souvent esquissées rapidement.

Avez vous eu la meme impression ? Qu'est ce que cela peut signifier, lorsqu'on voit que beaucoup d'autre auteurs, et pas des moindre, aiment au contraire consacrer de bons gros chapitres a la fin de leur histoire ?
A quoi ça sert d'avoir autant de doigts si on peut même pas se gratter le cul ?" (Cha)

Le Condor aka Fatman

Adriano

  • petit Rakinou
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #1 le: août 20, 2007, 07:52:09 am »
J'ai alors envie de te poser une autre question Fatman :

Tu as donc lu d'autres oeuvres de FH. As-tu constaté que la fin de la maison des mères était comparables à celles de ses autres romans extérieurs à Dune?
(comparable dans le sens ou tu demarre ce fil de discussion)

Vous voyez sûrement où je veux en venir...

Hors ligne Icarus

  • DE team
  • Fremen
  • Messages: 1041
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #2 le: août 20, 2007, 08:40:58 am »
Je pense que ce que Frank Herbert aimait, c'est faire travailler l'imagination du lecteur.

Le fait de passer rapidement d'une situation de conflit, par exemple, à une situation où un ou plusieurs personages se posent des questions, suivi du mot "fin", comme tu dis, je pense que celà reporte la ou les questions sur le lecteur. A lui d'imaginer sa propre fin, ou mieux encore, sa propre suite.

J'ai effectivement lu quelques livre de FH, autres que Dune, et parmi ceux-là, je suis à chaque fois resté dans l'histoire après la dernière page.

Ce style est agréable car ce n'est pas comme certains romans de gare pour lequels, lorsqu'on arrive à la fin, notre vie n'a pas changé. A la dernière page, le méchant est mort ou en prison et on reprend sa petite vie tranquille, avec un autre livre.
Non, lorsque l'auteur fait travailler l'imagination, on a envie de rester dans l'histoire, dans l'univers des héros.
C'est pourquoi je pense que c'est un style que FH a dû travailler et aimait utiliser.
C'est lorsque nous croyons savoir quelque chose qu'il faut justement réfléchir un peu plus profondément.

:userbar-dar:

Hors ligne Matou

  • Révérende mère
  • Messages: 1835
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #3 le: août 20, 2007, 02:40:51 pm »
Icarus, je partage tout à fait ton point de vue.

Mais je compléterais par cela: Frank Herbert, en bon auteur, prenait toujours garde de se laisser suffisamment de portes ouvertes afin de pouvoir sortir une suite.
Quand je suis plus faible que vous, je vous demande la liberté car cela s'accorde à vos principes; quand je suis plus fort que vous, je prends votre liberté car cela s'accorde à mes principes.
:userbar-dar2:

Hors ligne Icarus

  • DE team
  • Fremen
  • Messages: 1041
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #4 le: août 20, 2007, 04:18:59 pm »
Oui, tu as raison Matou :)

Je me positionne toujours côté lecteur, mais j'oublie toujours de voir le côté de l'auteur.
Bien vu ;)
C'est lorsque nous croyons savoir quelque chose qu'il faut justement réfléchir un peu plus profondément.

:userbar-dar:

Adriano

  • petit Rakinou
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #5 le: août 21, 2007, 10:10:11 am »
je suis [...] resté dans l'histoire après la dernière page.

c'est exactement ce qui m'est arrivé pour la maison des mères
il est alors fort possible que cette fin était vraiment destiné à être une fin, ou que FH ai écrit cela comme une fin qu'il est aussi possible de poursuivre plus tard s'il en avait envie...

Hors ligne Toad

  • Rakinou (3)
  • Sayyadina
  • ***
  • Messages: 290
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #6 le: août 21, 2007, 01:11:11 pm »
Ben oui... Ce qui veut dire que "Dune 7" serait une pseudo fin aléatoire...
D'ailleurs  je trouve assez miraculeux qu'ils trouvent encore et toujours des documents, des projets de Fh pour avant dune, après dune dune la genèse, dune l'apothéose, il semble qu'il y ait une source non tarrissable assez exceptionnelle...
Ce qui me fait douter... Si ça se trouve ils ont juste trouvé un post-it, rien de plus...
« Le plus long chemin d'un point à un autre est la ligne droite. »
Proverbe Shadok

Hors ligne RYU

  • Rakinou (2)
  • Marquis
  • **
  • Messages: 78
    • Escadrille des Kz francais
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #7 le: août 21, 2007, 11:29:47 pm »
Cela n'enleve cependant rien au spéctaculaire de ces fins, qui sont souvent détonnantes. Mais ca me donne l'impression que Franck Herbert se fiche de ce qui peut se passer pour ses personnages une fois le roman terminé : cela est l'affaire de l'imagination du lecteur. Les conséquences meme de la situation finale sont le plus souvent esquissées rapidement.

Je suis assez d'accord avec ca. Je pense que Frank Herbert finissait ses romans de manière abrupte (pas toujours le cas).
Je suppose que par moment il voulait les terminer (ses romans) je crois que cet homme avait tant de choses à dire qu'il aurait pu étendre encore ses romans.

Jamais les éditeurs ne purent imaginer qu'un roman aussi complexe aurait un tel succes et cela au travers de générations. (j'espère que ma fille tombera un jour dessus et le lira de son propre chef et que ce roman lui apportera ce qu'il m'a apporté). Si ses romans étaient encore plus longs.. on n'aurait rien publier de son vivant et il aurait pu finir artiste inconnu et où seul un très petit nombre d'initiés se souviendraient de ses mots...
Je pense que cette imagination presque maladive qui nous sépare, nous commun des mortels, du vrai génie, devait le pousser à écrire et écrire encore...

Mais une fin en accélération est un procedé qui va effectivement tenir en haleine le lecteur et le projeter dans les élans de sa propre imagination. c'est pas quelque chose d'extraordinaire, au cinéma on utilise ca aussi... Je pense que Fh voulais vraiment titiller l'imagination du lecteur. Ce n'ai pas par envie de s'enrichir, mais bon fallait aussi qu'il vive. Je pense pas, que les ouvertures (de fin) de FH soient vénales, je crois qu'il vivait de son monde et qu'il devait être dur pour lui comme pour nous (et ca m'enerve d'etre pris dans la toile de ses élucubrations) de sortir de ce rêve d'un monde né sous sa plume.

Si un paradis existe.. Fh (et bev sa femme) doit surement être un danseur visage (type Marty et Daniel) dans le monde qu'il a crée se promenant à son aise au sein de sa création et voir grandir ce monde devenue sa nouvelle "réalité". Souriant dans sa barbe avec sa bonhommie et ses yeux pétillants de malice, veillant avec paternalisme, sur ses "enfants", déchirés entre leurs forces et leurs faiblesses, entre leurs courages et leurs peurs...
« Modifié: août 21, 2007, 11:31:19 pm par RYU »
La violence est le dernier refuge de l'incompétence

Hors ligne Le Condor

  • Rakinou (3)
  • Docteur Suk
  • ***
  • Messages: 144
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #8 le: août 26, 2007, 06:06:06 pm »
Pour répondre a Adriano : oui, j'ai lu un certain nombre des autres oeuvres de Franck Herbert, et c'est justement cela qui m'a amené cette question.

A quoi ça sert d'avoir autant de doigts si on peut même pas se gratter le cul ?" (Cha)

Le Condor aka Fatman

Hors ligne Sihaya

  • Rakinou (4)
  • Baron
  • ****
  • Messages: 383
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #9 le: août 30, 2007, 04:23:47 pm »
Je pense que c'est aussi parce que la fin de ses romans est souvent ouverte sur d'autres mondes ou d'autres questions, elle marque la fin d'un cycle et le début d'un autre même quand le roman est achevé c'est un cycle nouveau pour les héros !
De plus j'ai l'impression que la fin n'est pas ce qui en soit lui donnait envie d'écrire mais plutôt la situation de conflit dans laquelle il place ses personnages au début... et cela l'intéressait peut-être plus et l'inspirait peut-être plus que le dénouement.
Moi aussi j'ai toujours du mal avec la fin de mes histoires, ça m'intéresse moins alors je zappe vite. En plus, je sais que c'est la fin de ce que j'ai crit et l'histoire perd de son piment...
ll n'est probablement pas de révélation plus terrible que l'instant ou vous découvrez que votre père est un homme... fait de chaire.

Hors ligne Filo

  • veteran
  • Rakinou (5)
  • Lisan Al-Gaib
  • *****
  • Messages: 2572
  • ...Free Inner Look-Out ©...
    • Filosphere
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #10 le: septembre 02, 2007, 04:08:28 pm »
Il faut bien qu'une histoire se termine... Et certains ne seront jamais contents que ça s'arrête.
On ne peut pas dire que les fins de FH sont abruptes, je ne suis pas d'accord. Car finalement, tout récit amène à une fin, on peut donc dire que cette fin a été longuement et progressivement amenée !
D'autre part, pour ce qui est précisément de l'ouverture laissée au récit, je suis tout à fait d'accord avec Matou.
Si vous lisez La Juste Parole, vous vous rendrez compte que la fin est définitive et interdit la moindre suite. Néanmoins, je me réserve un maximum de matière possible à ajouter entre les époques !

Un auteur doit toujours plutôt soigner son début que sa fin, car la fin n'en est peut-être pas une, de plus le lecteur est déjà accroché et a moins besoin d'être ménagé à la fin qu'au début.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité?

Hors ligne Dragon_des_Sables

  • DE team
  • Mentat
  • Messages: 832
Re : Franck Herbert et les "fins"
« Réponse #11 le: septembre 02, 2007, 07:22:48 pm »
La fin de la Maison des Mères par exemple, ne diffère pas en soit des autres fins de ces précédents romans portant sur le cycle de Dune. C'est une fin assez "optimiste" je trouve... Des gens s'enfuient du Vieil Empire qui s'est écroulé pour reformer une nouvelle société qui sera, à l'évidence, basée sur le culte de Sheeana. Et Murbella réorganise le Bene Gesserit et les HM...Par rapport aux Hérétiques de Dune, qui rend le lecteur triste et pessimiste (fin de Rakis etc...), je ne le trouve pas abrupte...

Mais il est vrai que les fins de Frank n'ont jamais été cassantes, définitives, elles étaient ouvertes à des suppositions...D'ailleurs, grâce à cet état d'esprit de Frank, on ne serait pas en train de se poser des questions sur les problèmes "duniens" de l'oeuvre (le Sentier d'Or et sa signification par exemple)...  :)
es trois branches d'un accord sont l'intention, l'information et l'incertitude. La précision et l'honnêteté n'ont pas grand-chose à voir avec la question. (Leto II)